Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 436,93
    +450,53 (+1,19 %)
     
  • Nasdaq

    15 526,77
    +244,76 (+1,60 %)
     
  • Nikkei 225

    37 438,61
    +370,26 (+1,00 %)
     
  • EUR/USD

    1,0662
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    16 511,69
    +287,55 (+1,77 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 482,34
    +1 698,70 (+2,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 403,56
    -2,43 (-0,17 %)
     
  • S&P 500

    5 037,69
    +70,46 (+1,42 %)
     

Le Royaume-Uni pourrait héberger des missiles nucléaires américains

Joel Pfiester / USAF

Un retour des armes nucléaires américaines sur le sol britannique. Cela serait le nouveau projet de l’armée de l’air américaine qui a obtenu un financement de 46 millions d’euros pour construire un aéroport ainsi qu'un entrepôt qui pourrait bien contenir des missiles atomiques. Pourtant, cela fait presque 15 ans que le Royaume-Uni ne stocke plus les ogives américaines sur son sol. Cependant, des groupes de réflexion et le quotidien The Guardian ont épluché des documents budgétaires du Pentagone et ont révélé que des avions de chasse F-35, capables de mener des bombardements nucléaires, seront aussi présents sur cette future base militaire.

Ce qui a éveillé les soupçons des spécialistes militaires, c’est l’expression “surety dormitory” (dortoir de sécurité) qui a été utilisée à maintes reprises pour décrire la future base aérienne. Selon la Federation of American Scientists, ces termes sont fréquemment utilisés par le Pentagone pour désigner "la capacité d’une infrastructure à garder des armes nucléaires en lieu sûr et sous contrôle permanent”. Autre élément qui prouverait la suspicion des chercheurs : dans le budget du Pentagone, le Royaume-Uni a été ajouté à la liste des pays où des investissements d'infrastructures sont en cours sur des sites de stockage "d'armes spéciales" en Europe, aux côtés de la Belgique, de l'Allemagne, de l'Italie, des Pays-Bas et de la Turquie.

La construction de ce fameux “dortoir” devrait commencer en juin 2024 et durer jusqu'en février 2026. Il se (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite