Marchés français ouverture 8 h 7 min
  • Dow Jones

    34 899,34
    -905,06 (-2,53 %)
     
  • Nasdaq

    15 491,66
    -353,54 (-2,23 %)
     
  • Nikkei 225

    28 751,62
    -747,68 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    1,1293
    +0,0081 (+0,72 %)
     
  • HANG SENG

    24 080,52
    -659,68 (-2,67 %)
     
  • BTC-EUR

    50 600,68
    +2 012,14 (+4,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 365,60
    -89,81 (-6,17 %)
     
  • S&P 500

    4 594,62
    -106,84 (-2,27 %)
     

Royaume-Uni: le meurtre du député conservateur David Amess qualifié de «terroriste»

·3 min de lecture

La police britannique a qualifié de « terroriste » le meurtre du député conservateur David Amess, mortellement poignardé, vendredi 15 octobre. Ce drame ravive au Royaume-Uni la question sur la sécurité des élus.

David Amess, le parlementaire de 69 ans, membre du parti conservateur de Boris Johnson et ardent « brexiter », a été poignardé à plusieurs reprises le 15 octobre peu après midi dans l'église méthodiste dans laquelle il recevait ses administrés. L'attaque a eu lieu durant la permanence parlementaire de l'élu à Leigh-on-Sea, à environ 60 km à l'est de Londres. Un homme de 25 ans a été immédiatement arrêté sur place, soupçonné de meurtre, précise l'AFP. Le député a succombé sur place à ses blessures malgré l'intervention rapide des secours et un couteau a été retrouvé, a précisé la police de l'Essex, qui ne recherche aucun autre suspect.

« Extrémisme islamiste »

Plusieurs médias britanniques ont rapporté que l'homme interpellé serait un ressortissant britannique d'origine somalienne. « Les premiers éléments de l'enquête ont révélé une motivation potentielle liée à l'extrémisme islamiste », a annoncé la police métropolitaine dans un communiqué, dans la nuit de vendredi à samedi, quelques heures après que l'enquête a été confiée à la direction antiterroriste. En tout cas, l'homme arrêté partage les mêmes données qu'une personne récemment signalée au programme de lutte contre la radicalisation Prevent, dit le quotidien The Guardian. La police pense que l'attaquant a agi seul. Des persquisitions sont en cours dans deux logements de Londres.

Les réactions d'élus bouleversés ont immédiatement afflué après cette attaque, dans un pays traumatisé par l'assassinat en pleine rue - en 2016 - de la députée europhile Jo Cox par un sympathisant néonazi, une semaine avant le référendum sur le Brexit. Le Premier ministre Boris Johnson a fait part de sa « tristesse » et de son « choc » dans une brève intervention télévisée. C'est « un jour tragique pour notre démocratie », a tweeté l'ex-Première ministre conservatrice Theresa May. Les drapeaux ont été mis en berne au Parlement et à Downing Street.

La ministre de l'Intérieur Priti Patel « a demandé à toutes les forces de police de revoir les dispositions de sécurité pour les députés avec effet immédiat », a fait savoir son porte-parole. Mme Patel a rencontré des représentants de la police et des agences de sécurité et de renseignement et s'est également entretenue avec le président de la Chambre des Communes, Lindsay Hoyle. Les chiffres de la police traduisent une augmentation des actes de délinquance envers les parlementaires. En 2019, Scotland Yard avait évoqué une augmentation de 126% entre 2017 et 2018 et une hausse de 90% dans les quatre premiers mois de 2019, rapporte l'AFP.

Les députés prennent-ils trop de risque ?

Le meurtre du conservateur David Amess relance le débat de la sécurité des parlementaires britanniques. Maintenir un lien avec ses électeurs, oui, mais via Zoom par exemple. Donc à distance, et c’est l’une des suggestions qui ressort du débat sur la protection des députés, écrit notre correspondante à Londres, Marie Boëda. Une proposition que David Amess aurait rejeté, disent ses collègues. Car ce serait la fin d’un contact authentique avec la population.

« Ca fait partie du travail, c’est ce à quoi vous vous engagez », déclare Lord Pickles, député de l’Essex. Il met en garde contre un trop-plein de sécurité qui ferait perdre l’essence même du métier. Selon le Times aujourd’hui, cette nouvelle attaque gâche la grande tradition britannique qui veut que les gens rencontrent ouvertement leurs élus. En quatre ans, le financement de la protection des parlementaires est passé de 200 000 à 3,5 millions d’euros par an. La ministre de l’Intérieur pourrait donc annoncer de nouvelles mesures. Attention « aux réactions précipitées » prévient cependant le président de la Chambre des communes, Lindsay Hoyle.

À lire aussi : Royaume-Uni: un député conservateur poignardé à mort

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles