Marchés français ouverture 8 h 3 min
  • Dow Jones

    28 725,51
    -500,09 (-1,71 %)
     
  • Nasdaq

    10 575,62
    -161,88 (-1,51 %)
     
  • Nikkei 225

    25 937,21
    -484,89 (-1,84 %)
     
  • EUR/USD

    0,9804
    -0,0015 (-0,16 %)
     
  • HANG SENG

    17 222,83
    +56,93 (+0,33 %)
     
  • BTC-EUR

    19 599,09
    -258,65 (-1,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    443,49
    +0,06 (+0,01 %)
     
  • S&P 500

    3 585,62
    -54,85 (-1,51 %)
     

Royaume-Uni: Liz Truss annonce un gel des prix de l'énergie

La nouvelle Première ministre britannique Liz Truss a dévoilé jeudi un gel des prix de l'énergie de deux ans pour les particuliers, à 2.500 livres (plus de 2.800 euros) par an pour un foyer moyen, face à la flambée du coût de la vie.

La mesure très attendue correspond à une économie d'environ 1.000 livres par an par rapport aux hausses de prix qui étaient attendues au 1er octobre, a précisé Mme Truss, qui s'exprimait devant le Parlement et a aussi annoncé bloquer les prix de l'énergie pendant six mois pour les entreprises.

Les mesures de soutien, qui comprennent aussi une levée temporaire des taxes sur l'énergie destinées à financer la transition vers la neutralité carbone, n'ont pas été chiffrées jeudi mais coûteront des dizaines de milliards de livres, financées par l'emprunt.

D'après plusieurs médias, l'addition s'élèverait à 150 milliards de livres. C'est plus que les 70 milliards de livres dépensées pour payer les salaires des employés en chômage technique pendant toute la pandémie.

"C'est un moment pendant lequel il faut être audacieux. Nous faisons face à une crise de l'énergie (...) et ces interventions auront un coût", a justifié la dirigeante au Parlement.

La pression se faisait de plus en plus forte pour que le gouvernement mette fin à l'ascension des factures d'énergie et à la crise du coût de la vie, économistes, ONG, syndicats et mêmes énergéticiens alertant sur une catastrophe humanitaire cet hiver.

Le Royaume-Uni est très dépendant des prix du gaz, qui ont été multipliés par sept sur un an, notamment à cause des tensions sur l'approvisionnement depuis le début de la guerre en Ukraine.

Les prix de gros de l'électricité et du gaz étaient jusqu'alors répercutés entièrement sur les entreprises et ménages, malgré des aides accordées par le gouvernement précédent, qui se sont rapidement révélées très insuffisantes.

Les annonces de jeudi s'ajoutent notamment à une réduction de 400 livres des factures pour les particuliers qui avait déjà été annoncée par l'exécutif précédent.

ode/ved/abx