Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 167,50
    -20,99 (-0,26 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 064,14
    -8,31 (-0,16 %)
     
  • Dow Jones

    40 003,59
    +134,21 (+0,34 %)
     
  • EUR/USD

    1,0872
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    2 419,80
    +34,30 (+1,44 %)
     
  • Bitcoin EUR

    61 655,73
    -120,94 (-0,20 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 368,67
    -5,18 (-0,38 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,00
    +0,77 (+0,97 %)
     
  • DAX

    18 704,42
    -34,39 (-0,18 %)
     
  • FTSE 100

    8 420,26
    -18,39 (-0,22 %)
     
  • Nasdaq

    16 685,97
    -12,35 (-0,07 %)
     
  • S&P 500

    5 303,27
    +6,17 (+0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    38 787,38
    -132,88 (-0,34 %)
     
  • HANG SENG

    19 553,61
    +177,08 (+0,91 %)
     
  • GBP/USD

    1,2706
    +0,0035 (+0,28 %)
     

Royaume-Uni : plus d’une centaine d’écoles fermées à cause d'un risque d’effondrement

© pidjoe / iStock

Des milliers d’élèves britanniques se trouvent privés de rentrée scolaire. En cause : le béton qui a servi à construire leurs établissements scolaires, défectueux, et qui menace aujourd’hui de s’effondrer.

Alors que les enfants du monde entier reprennent le chemin de l’école, au Royaume-Uni, des milliers d’élèves ont été contraints de rester chez eux, ou de rejoindre des salles de classe temporaires en lieu et place de leurs établissements scolaires. Une rentrée avortée pour une bonne raison : les bâtiments abritant leurs salles de classe menacent de s’effondrer.

Au Royaume-Uni, des centaines de bâtiments publics ont été construits à l’aide de béton cellulaire autoclavé renforcé (Raac), un béton « aéré », moins cher que les formules classiques, et particulièrement populaire des années 50 aux années 90.

Mais ce béton, s’il est bon marché, n’est pas de bonne qualité : il aurait une durée de vie particulièrement courte - et elle a expiré pour des centaines d’écoles britanniques.

PUBLICITÉ

Actuellement, plus de 150 établissements sont fermés à cause du risque d’effondrement, mais le nombre de bâtiments qui nécessitent des travaux rapidement pour rester ouvert pourrait atteindre le millier.

Le gouvernement en difficultés

L’affaire prend de plus en plus d’ampleur en Grande Bretagne, où le gouvernement est accusé d’avoir ignoré le problème pendant des années. Le Premier ministre Rishi Sunak est personnellement mis en cause : selon Jonathan Slater, le Secrétaire permanent du Département de l’éducation, interrogé par la BBC, Rishi Sunak aurait refusé d’accorder les financements nécessaires à la rénovation de 300 à 400...

Lire la suite de l'article sur Elle.fr

A lire aussi