La bourse ferme dans 3 h 31 min
  • CAC 40

    6 674,86
    +1,76 (+0,03 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 162,45
    +11,05 (+0,27 %)
     
  • Dow Jones

    35 258,61
    -36,15 (-0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1663
    +0,0045 (+0,38 %)
     
  • Gold future

    1 780,40
    +14,70 (+0,83 %)
     
  • BTC-EUR

    53 333,94
    +688,22 (+1,31 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 452,49
    +0,85 (+0,06 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,35
    +0,91 (+1,10 %)
     
  • DAX

    15 491,46
    +16,99 (+0,11 %)
     
  • FTSE 100

    7 207,21
    +3,38 (+0,05 %)
     
  • Nasdaq

    15 021,81
    +124,47 (+0,84 %)
     
  • S&P 500

    4 486,46
    +15,09 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    29 215,52
    +190,06 (+0,65 %)
     
  • HANG SENG

    25 787,21
    +377,46 (+1,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,3821
    +0,0094 (+0,69 %)
     

Royaume-Uni: la croissance économique revue à la hausse au deuxième trimestre

·1 min de lecture
Dans le quartier d'Oxford Street à Londres, le 7 juin 2021 (AFP/Niklas HALLE'N)

La croissance du Royaume-Uni a été revue à la hausse pour le deuxième trimestre à 5,5% à cause d'une performance meilleure qu'initialement mesuré dans les arts et la santé, de dépenses également plus fortes qu'évalué auparavant et de changements comptables.

Une première évaluation avait établi la croissance pour la période à 4,8%, indique jeudi l'Office national des statistiques (ONS).

Le PIB se trouve désormais pour cette période à 3,3% sous son niveau de fin 2019, avant le choc de la pandémie, contre 4,4% pour la première estimation, ajoute l'ONS.

"L'activité a accéléré plus qu'estimé au deuxième trimestre, les dernières données montrant que les services de santé et les secteurs liés à l'art ont enregistré une meilleure performance qu'initialement évalué", commente Jonathan Athow, statisticien de l'ONS.

La révision vient aussi d'un changement de méthode pour le calcul du PIB, "avec des meilleures données sur le secteur financier et l'introduction" de systèmes qui enlèvent un double effet du changements des prix dans les coûts des entreprises et ce qu'elles produisent, détaille M. Athow.

Enfin, il note "les économies des ménages se sont réduites particulièrement fort lors du dernier trimestre comparé à leurs sommets de la pandémie, beaucoup de gens ayant été de nouveaux en mesure de faire des courses, manger au restaurant et conduire leur voiture".

Au premier trimestre, une nouvelle évaluation atténue la contraction de l'économie britannique, alors en plein confinement strict, à 1,4% contre une première mesure à 1,6%.

Les restrictions gouvernementales à l'activité et aux déplacements pour lutter contre la pandémie de coronavirus ont été progressivement levées entre mars et fin juillet.

ved/spi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles