La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 712,48
    +5,16 (+0,08 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 962,41
    +0,42 (+0,01 %)
     
  • Dow Jones

    34 347,03
    +152,93 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,0400
    -0,0012 (-0,11 %)
     
  • Gold future

    1 755,00
    +9,40 (+0,54 %)
     
  • BTC-EUR

    15 927,70
    -27,50 (-0,17 %)
     
  • CMC Crypto 200

    386,97
    +4,32 (+1,13 %)
     
  • Pétrole WTI

    76,55
    -1,39 (-1,78 %)
     
  • DAX

    14 541,38
    +1,78 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    7 486,67
    +20,07 (+0,27 %)
     
  • Nasdaq

    11 226,36
    -58,94 (-0,52 %)
     
  • S&P 500

    4 026,12
    -1,14 (-0,03 %)
     
  • Nikkei 225

    28 283,03
    -100,07 (-0,35 %)
     
  • HANG SENG

    17 573,58
    -87,32 (-0,49 %)
     
  • GBP/USD

    1,2075
    -0,0039 (-0,32 %)
     

Royaume-Uni : L’Ecosse ne peut pas organiser un référendum d’indépendance sans l’accord de Londres

Royaume-Uni : L’Ecosse ne peut pas organiser un référendum d’indépendance sans l’accord de Londres

CRUCIAL - La Cour suprême a rendu son verdict, alors que les indépendantistes comptent organiser un nouveau référendum, arguant que le rejet massif du Brexit par les Ecossais relance le débat après un échec de peu en 2014

La question, « L’Ecosse doit-elle être un pays indépendant ? », et la date, le 19 octobre 2023, sont déjà connues. Mais la Première ministre écossaise indépendantiste Nicola Sturgeon peut-elle organiser ce nouveau référendum sans l’accord de Londres ? La Cour suprême britannique a tranché à l’unanimité ce mercredi, et la réponse est non.

Les Ecossais ont déjà refusé à 55 % en 2014 de quitter le Royaume-Uni. Mais aux yeux des indépendantistes du SNP au pouvoir à Edimbourg, le Brexit, auquel 62 % des électeurs de la province se sont opposés, intervenu depuis, change la donne. Ils souhaitent que l’Ecosse réintègre l’Union européenne en tant qu’Etat indépendant. Le gouvernement central à Londres s’oppose fermement à tout nouveau référendum d’indépendance et considère de son côté que le vote de 2014 a clos le débat pour une génération.

« Droit à l’autodétermination »

Anticipant un bras de fer judiciaire avec le gouvernement à Londres, Nicola Sturgeon avait pris les devants en saisissant la Cour suprême pour que celle-ci détermine si le Parlement écossais a le pouvoir de légiférer sur la question sans l’accord du gouvernement britannique, sur une question sur laquelle les Ecossais (...) Lire la suite sur 20minutes

À lire aussi :
Ecosse : Les visages de trois personnes du Moyen Age reconstitués en 3D
Droit à l’avortement : Les députés adoptent un texte LFI en commission sur l’inscription dans la Constitution
Royaume-Uni : Malgré le cirque politique permanent, « la vie continue, quoi qu’il arrive »