La bourse ferme dans 6 h 55 min
  • CAC 40

    5 600,44
    -11,25 (-0,20 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 594,73
    -4,82 (-0,13 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,24 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2069
    -0,0016 (-0,13 %)
     
  • Gold future

    1 831,10
    +1,20 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    30 163,88
    +280,37 (+0,94 %)
     
  • CMC Crypto 200

    705,76
    -29,39 (-4,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,32
    -0,04 (-0,08 %)
     
  • DAX

    13 798,37
    +10,64 (+0,08 %)
     
  • FTSE 100

    6 733,28
    -2,43 (-0,04 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,10 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 242,21
    -276,97 (-0,97 %)
     
  • HANG SENG

    28 862,77
    +288,91 (+1,01 %)
     
  • GBP/USD

    1,3530
    -0,0053 (-0,39 %)
     

Le Royaume-Uni commence à utiliser le vaccin d'AstraZeneca et Oxford contre le Covid-19

·2 min de lecture

La course pour vacciner les populations contre le Covid-19 continue dans le monde entier. Le Royaume-Uni devient lundi 4 janvier le premier pays à administrer à sa population le vaccin du laboratoire britannique AstraZeneca et de l'Université d'Oxford, tout en envisageant un nouveau tour de vis sévère pour freiner l'aggravation de la pandémie. Le vaccin d'AstraZeneca-Oxford est moins coûteux, plus facile à stocker et donc plus adapté à une campagne d'immunisation à grande échelle que ceux de ses concurrents Moderna et Pfizer-BioNTech, déjà approuvés et distribués dans plusieurs pays, notamment aux États-Unis.

Le vaccin Pfizer-BioNTech a déjà été injecté à plus d'un million d'habitants du Royaume-Uni depuis le lancement de la campagne de vaccination début décembre. Les autorités britanniques ont commandé 100 millions de doses du vaccin d'AstraZeneca-Oxford, dont 520 000 sont prêtes dès lundi, selon le ministère de la Santé. En Angleterre, des centaines de nouveaux centres de vaccination doivent ouvrir cette semaine, qui s'ajouteront aux 730 déjà en place. "Je suis enchanté aujourd'hui de lancer le vaccin d'Oxford, hérité de la science britannique", s'est félicité lundi 4 janvier dans un communiqué le ministre de la Santé Matt Hancock. "C'est un tournant dans notre combat contre cet horrible virus et j'espère qu'il redonnera à tout le monde l'espoir que la fin de cette pandémie est en vue".

À lire aussi — La Chine autorise son premier vaccin produit par Sinopharm, efficace à 79%

Le vaccin AstraZeneca-Oxford a également été autorisé par l'Argentine ainsi que, dimanche 3 janvier, par l'Inde, ce qui va permettre à ce pays de 1,3 milliard d'habitants de démarrer une des campagnes de vaccination les plus massives du monde. L'Inde, où le Covid-19 a fait plus de 150 000 morts, veut immuniser jusqu'à 300 millions de personnes d'ici la mi-2021.

Le vaccin AstraZeneca-Oxford a l'avantage d'être peu cher (environ 2,50 euros la dose). Il peut aussi être conservé à la température d'un (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

A Singapour, les données de l'application de suivi des cas contacts accessibles à la police
Les Franciliens pourront recharger leur Navigo et acheter des tickets de métro sur iPhone dès mi-janvier
L'OMS attendue en Chine pour enquêter sur l'origine de la pandémie de Covid-19
Jack Ma n'a pas été vu depuis deux mois. Voici ce qui est arrivé à d'autres hommes d'affaires chinois mystérieusement disparus
Le rythme de vaccination va rejoindre celui des autres pays "dans les prochains jours", promet Olivier Véran