La bourse est fermée
  • Dow Jones

    31 631,40
    +699,03 (+2,26 %)
     
  • Nasdaq

    13 568,88
    +376,53 (+2,85 %)
     
  • Nikkei 225

    29 663,50
    +697,49 (+2,41 %)
     
  • EUR/USD

    1,2051
    -0,0036 (-0,30 %)
     
  • HANG SENG

    29 452,57
    +472,36 (+1,63 %)
     
  • BTC-EUR

    40 177,37
    +3 642,34 (+9,97 %)
     
  • CMC Crypto 200

    968,46
    +40,23 (+4,33 %)
     
  • S&P 500

    3 909,87
    +98,72 (+2,59 %)
     

Le Royaume-Uni accueillera le prochain G7 en juin

·1 min de lecture

Le Royaume-Uni a annoncé son intention d’accueillir du 11 au 13 juin le sommet du G7 dans un village en Cornouailles, dans le sud-ouest de l’Angleterre. Lors de cette rencontre, la première depuis près de deux ans, le Premier ministre britannique exhortera les dirigeants mondiaux à s’unir pour « reconstruire en mieux » après la pandémie de coronavirus. Boris Johnson a aussi convié l'Australie, l'Inde et la Corée du Sud à participer au sommet.

Avec notre correspondante à Londres, Muriel Delcroix

Les dirigeants des grandes puissances mondiales auront donc à l’occasion de ce sommet un bref aperçu de la « riviera anglaise » en période estivale.

C’est la petite station balnéaire de Carbis Bay, connue pour ses plages de sable fin et ses eaux claires, qui a été choisie pour des discussions qui tourneront autour du changement climatique, de la dette et de la reprise économique post-Covid.

Dans un communiqué, Boris Johnson a jugé que c’était « l’endroit parfait pour un sommet décisif ». Le Premier ministre souhaite forger un consensus sur la nécessité de « mieux reconstruire le monde après le coronavirus, en s’unissant pour rendre l’avenir plus juste, plus vert et plus prospère ».

La Grande-Bretagne a été durement touchée par la crise sanitaire et compte le bilan le plus lourd d'Europe avec plus de 89 000 décès. Mais le pays veut profiter de l’année 2021 pour s’imposer sur la scène internationale comme une puissance incontournable après le Brexit, selon le concept de « global Britain ».

Outre le sommet du G7, Londres doit assumer à partir de février la présidence du Conseil de sécurité des Nations unies et accueillir en novembre la COP26 à Glasgow.