La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,73 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2155
    +0,0071 (+0,58 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +5,90 (+0,32 %)
     
  • BTC-EUR

    36 934,78
    -3 201,18 (-7,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +0,14 (+0,21 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,94 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,98 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,47 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,87 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Cette roue « origami » se transforme à volonté

Marc Zaffagni, Journaliste
·2 min de lecture

D’une certaine manière, on peut dire qu’ils ont réinventé la roue. Une équipe composée de chercheurs de chez Hankook et des universités de Harvard (Etats-Unis) et Séoul (Corée du Sud) vient de présenter un prototype de roue à forme variable inspirée du principe de la bombe à eau en origami. Cette technique de pliage inventée au Japon a déjà démontré sa pertinence en robotique et pour la conception de batteries.

Dans un article publié dans Science Robotics, les chercheurs expliquent que la structure de cette roue est composée d’une membrane souple prise en sandwich par des pièces rigides selon un schéma qui lui permet de se gonfler comme un soufflet. Au repos, la roue mesure 46 cm de diamètre. Lorsqu’une pression horizontale est pratiquée sur ses flancs, elle va rétrécir et s’agrandir pour atteindre 80 cm.

La roue à forme variable testées en conditions réelles semble tenir ses promesses, mais elle est encore loin d’être viable pour un usage routier classique. © SNU BioRobotics Lab

La roue peut supporter une charge élevée

Si le principe de l’origami appliqué à une roue n’est pas une nouveauté, l’intérêt de cette innovation vient du fait que le système peut fonctionner en supportant une charge d’environ une tonne. Autrement dit, une telle roue pourrait équiper un véhicule, comme le montre l’essai effectué sur un 4x4 que l’on voit dans cette vidéo. Dans sa configuration haute, elle permet d’évoluer sur un sol accidenté et parsemé d’obstacles. Dans sa version basse, elle pourrait être plus efficace sur un sol meuble tel que du sable. En revanche, la bande de roulement n’étant pas du tout plane, cela entraine pas mal de secousses, même à basse vitesse.

Difficile pour le moment d’imaginer une version commerciale pour des véhicules de série. Mais Hankook, qui a déjà développé un autre pneu sans air, pourrait intégrer le concept dans la fabrication de futurs pneus en caoutchouc increvables et ainsi riposter à Michelin ou The SMART Tire Company. L’autre débouché intéressant...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura