La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 385,14
    +96,81 (+1,54 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 017,44
    +64,99 (+1,64 %)
     
  • Dow Jones

    34 382,13
    +360,68 (+1,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,2146
    +0,0062 (+0,51 %)
     
  • Gold future

    1 844,00
    +20,00 (+1,10 %)
     
  • BTC-EUR

    40 674,25
    +317,07 (+0,79 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,33
    +39,77 (+2,93 %)
     
  • Pétrole WTI

    65,51
    +1,69 (+2,65 %)
     
  • DAX

    15 416,64
    +216,96 (+1,43 %)
     
  • FTSE 100

    7 043,61
    +80,28 (+1,15 %)
     
  • Nasdaq

    13 429,98
    +304,99 (+2,32 %)
     
  • S&P 500

    4 173,85
    +61,35 (+1,49 %)
     
  • Nikkei 225

    28 084,47
    +636,46 (+2,32 %)
     
  • HANG SENG

    28 027,57
    +308,90 (+1,11 %)
     
  • GBP/USD

    1,4102
    +0,0050 (+0,36 %)
     

Rome : le lieu exact où Jules César fut assassiné ouvrira au public en 2022

franceinfo Culture avec agences
·1 min de lecture

Les passionnés d'histoire seront autorisés à partir de 2022 à accéder à l'un des complexes archéologiques les plus antiques de Rome, la fameuse "Area Sacra" où Jules César fut assassiné, qui va devenir un musée en plein air.

Les travaux pour aménager ce site abritant les ruines de quatre temples en plein centre de Rome, situé entre le Panthéon et le quartier du Ghetto, vont commencer en mai, a annoncé mercredi 14 avril la maire de Rome Virginia Raggi. "Grâce à ces travaux, nous pourrons y pénétrer et marcher au milieu des vestiges de notre histoire", s'est-elle réjouie au cours d'une conférence de presse.

Actuellement situé à quelques mètres en dessous du niveau du sol, ce site peut être admiré seulement du haut de la place qui l'encadre. C'est ici que Jules César aurait été poignardé à mort. Aujourd'hui ces lieux historiques ne sont plus peuplés que par une colonie de chats musardant entre les restes de colonnes.

Pour le retour des touristes en 2022

Parmi les temples datant des IIIe et IVe siècles avant JC figure notamment un monument circulaire dédié à la déesse de la Fortune, dont la colossale tête en marbre est exposée au musée Centrale Montemartini de Rome. Ces vestiges ont été découverts durant des fouilles en 1926 qui, grâce à la démolition d'édifices médiévaux, avaient permis de mettre au jour les ruines de l'époque romaine.

Financés par le joaillier Bulgari (propriété du géant français du luxe LVMH) à hauteur d'un million d'euros, ces travaux, qui devraient durer (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi