La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 742,25
    -11,72 (-0,17 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 977,90
    -6,60 (-0,17 %)
     
  • Dow Jones

    34 429,88
    +34,87 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,0531
    +0,0002 (+0,02 %)
     
  • Gold future

    1 797,30
    -3,80 (-0,21 %)
     
  • BTC-EUR

    16 090,91
    -171,31 (-1,05 %)
     
  • CMC Crypto 200

    404,33
    +2,91 (+0,72 %)
     
  • Pétrole WTI

    80,34
    -0,88 (-1,08 %)
     
  • DAX

    14 529,39
    +39,09 (+0,27 %)
     
  • FTSE 100

    7 556,23
    -2,26 (-0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 461,50
    -20,95 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    4 071,70
    -4,87 (-0,12 %)
     
  • Nikkei 225

    27 777,90
    -448,18 (-1,59 %)
     
  • HANG SENG

    18 675,35
    -61,09 (-0,33 %)
     
  • GBP/USD

    1,2296
    +0,0040 (+0,33 %)
     

Romanet (ADP) : "Des quotas de vols par personne ? Je suis contre ces mesures coercitives"

En prélude au Sommet de l'économie, Augustin de Romanet, PDG de Groupe ADP, précise comment il voit la place de l'aérien dans la transition énergétique.

Challenges - La transition énergétique passera, selon vous, notamment par un usage "raisonnable" de l’avion. Que faut-il comprendre concrètement ?

Augustin de Romanet – Le secteur aérien doit réaliser un effort considérable de décarbonation. Cet effort est engagé mais les progrès techniques vont mettre du temps à se diffuser. Par ailleurs, la demande des pays émergents va demeurer forte. Il sera donc mathématiquement nécessaire, si nous voulons respecter la trajectoire de la COP 21, de limiter dans les pays développés la croissance du transport aérien. Il s’agit d’un appel à la responsabilité de chacun.

Je ne souhaite pas voir émerger des mesures coercitives comme des quotas de vols par personne. Cela ne correspond pas à ma conception de la liberté. Concrètement, je pense par exemple que partir plusieurs fois par an pour un week-end prolongé dans une île de l'océan indien est à éviter. Par ailleurs, nous travaillons pour favoriser la complémentarité avec le train dès que c’est possible. Avion et train qui se parlaient peu, travaillent désormais de concert.

L’automobile a engagé un plan de mutation majeure conduisant, avec le véhicule électrique, à un choc rapide de décarbonation. L’agenda du transport aérien est beaucoup plus lointain. Comment l’expliquer ?

Jusqu’à la fin des années 2010, le monde du transport estimait que la dernière goutte de kérozène serait pour l’aviation. Cet écosystème a pu donc, à tort, s’estimer en marge du reste du monde dans son effort de décarbonation. Cette situation a totalement changé. Les Etats membres de l'organisation de l’aviation civile internationale (OACI) se sont engagés en septembre 2022 à atteindre des objectifs de réduction de CO2 cohérents avec ceux de la COP 21. La décarbonation du transport aérien est engagée et se fera même peut-être plus vite que celle de l’automobile car le volume d’avions concernés, à l’occasion du changement de génération, sera infiniment moindre que celui des voitures.

Quelle forme prendra ce[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi