Marchés français ouverture 5 h 51 min
  • Dow Jones

    33 949,41
    +205,57 (+0,61 %)
     
  • Nasdaq

    11 512,41
    +199,06 (+1,76 %)
     
  • Nikkei 225

    27 380,05
    +17,30 (+0,06 %)
     
  • EUR/USD

    1,0892
    0,0000 (-0,00 %)
     
  • HANG SENG

    22 528,41
    -38,37 (-0,17 %)
     
  • BTC-EUR

    20 828,26
    -616,09 (-2,87 %)
     
  • CMC Crypto 200

    514,21
    -12,97 (-2,46 %)
     
  • S&P 500

    4 060,43
    +44,21 (+1,10 %)
     

Roland Lescure: "Le virage vert américain ne doit pas se faire au détriment de l’industrie européenne"

Ludovic MARIN / AFP

INTERVIEW - Le ministre délégué en charge de l'Industrie, Roland Lescure, explique à Challenges quelles seront les conséquences de l’Inflation Reduction Act (IRA) américain sur l’industrie française et européenne.

L'Inflation Reduction Act (IRA) sera au coeur des discussions lors de la visite d’Etat d'Emmanuel Macron à Washington. Ce plan voté cet été aux Etats-Unis prévoit 370 milliards de dollars d’investissements pour inciter les entreprises à accélérer leur transition écologique, notamment dans les énergies propres ou la voiture électrique. Résultat, de notre côté de l'Atlantique, plusieurs patrons se sont inquiétés de voir leurs plans d’investissements, notamment sur la décarbonation des usines, devenir moins compétitifs face aux aides massives que les États-Unis vont apporter à leur propre industrie. Des aides, en outre, assorties de critères de fabrication locale. Roland Lescure, le ministre délégué en charge de l'Industrie, explique à Challenges de quelles marges de manoeuvre disposent l'Europe et la France.

Challenges - Comment réagir face à ce plan de subventions massives des Etats-Unis?

Roland Lescure - D’abord, il faut se réjouir que les Etats-Unis prennent enfin le virage de la transition écologique. Les États-Unis sont un des principaux émetteurs mondiaux de gaz à effet de serre, et sous la présidence américaine précédente, les signaux étaient plutôt inquiétants quant à la décarbonation de l’économie américaine. Le virage imprimé par l’administration Biden est donc positif.

Pour autant, ce virage ne doit pas se faire au détriment de l’industrie européenne. Nous devons continuer à investir massivement et nous assurer de bâtir des filières industrielles fortes. Nous avons en Europe, et singulièrement en France, soutenu le développement du véhicule électrique, la construction d’usines de batteries, et nous allons accélérer avec le développement des technologies de décarbonation. Nous ne laisserons pas un écart de compétitivité se créer entre les deux rives de l’Atlantique sur ces industries d’avenir.

Quelles sont les marges de manœuvre de l’Europe ou, à défaut de réponse concertée, de la France?

L’IRA n’est pas encore en vigueur, seul le texte législatif a été a[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi