La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 638,46
    -63,52 (-0,95 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 158,51
    -36,41 (-0,87 %)
     
  • Dow Jones

    34 798,00
    +33,18 (+0,10 %)
     
  • EUR/USD

    1,1718
    -0,0029 (-0,25 %)
     
  • Gold future

    1 750,60
    +0,80 (+0,05 %)
     
  • BTC-EUR

    36 770,85
    +211,76 (+0,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 067,20
    -35,86 (-3,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    73,95
    +0,65 (+0,89 %)
     
  • DAX

    15 531,75
    -112,22 (-0,72 %)
     
  • FTSE 100

    7 051,48
    -26,87 (-0,38 %)
     
  • Nasdaq

    15 047,70
    -4,54 (-0,03 %)
     
  • S&P 500

    4 455,48
    +6,50 (+0,15 %)
     
  • Nikkei 225

    30 248,81
    +609,41 (+2,06 %)
     
  • HANG SENG

    24 192,16
    -318,82 (-1,30 %)
     
  • GBP/USD

    1,3681
    -0,0040 (-0,29 %)
     

Rocket Lab, Virgin Orbit... Le spatial américain s’enflamme pour les SPAC

·2 min de lecture

Une douzaine de start-up spatiales se sont introduites au Nasdaq via cette procédure simplifiée, notamment Rocket Lab, choisi par la start-up française Kineis pour le lancement de ses satellites. Si ces opérations leur offrent des moyens financiers stratosphériques, elles ne sont pas sans risque.

De mémoire de geek du spatial, on n’avait jamais vu ça. Le 28 août, un micro-lanceur Rocket 3 de la start-up américaine Astra s’arrache de son pas de tir de l’île de Kodiak (Alaska). Mais au lieu de prendre de l’altitude, la fusée vacille légèrement, se déplace sur le côté, et flotte une vingtaine de secondes au-dessus de son site de lancement. Victime de la panne d’un ses moteurs, le lanceur finit par repartir à la verticale. Pas pour longtemps: il terminera sa course dans l’océan après deux minutes et trente secondes de vol. Un coup dur pour la start-up californienne, mais aussi pour son client du jour, la Space Force. Cette nouvelle branche de l’armée américaine dédiée aux opérations spatiales, créée en 2019, avait acheté ce lancement, le premier tir commercial de la fusée Rocket 3.

Un lanceur spatial en suspension au-dessus de son pas de tir: l’histoire serait anecdotique si Astra n’était, depuis le début de l’été, sous les feux des projecteurs financiers., a effectué le 30 juin dernier une des entrées en Bourse les plus retentissantes du secteur spatial américain. Introduite au Nasdaq , la jeune pousse avait rejoint la cote avec une valorisation de 2,1 milliards de dollars. Un montant gigantesque pour un acteur qui n’a pas encore réussi un seul lancement orbital, sur trois tentatives. La Bourse a eu beau sanctionner l’action Astra après l’échec du 28 août, avec un chute du titre de 19%, la société reste valorisée à 2,26 milliards de dollars.

27 milliards de valorisation combinée

La start-up de San Francisco symbolise parfaitement la folie des SPAC qui s’est emparée du secteur spatial américain ces derniers mois. Depuis fin 2019, c’est une douzaine de jeunes pousses du New Space qui se sont introduites en Bourse par ce biais. Virgin Galactic, la société de tourisme spatial de Richard Branson, avait ouvert le bal en octobre 2019. Depuis, les spécialistes des micro-lanceurs spatiaux Rocket Lab, Astra et Virgin Orbit se sont lancés dans l’aventure, de même que . A[...]

Lire la suite sur challenges.fr

La pépite spatiale française Unseenlabs embarque sur ArianespaceLe milliardaire Richard Branson a réussi dimanche son premier vol dans l'espace Aérospatial : Rocket Lab, le petit SpaceX qui monteLe champion de l'observation spatiale Planet entre à Wall StreetVirgin Orbit, la start-up qui lance des fusées depuis un 747

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles