La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 287,07
    +52,93 (+0,85 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 032,99
    +39,56 (+0,99 %)
     
  • Dow Jones

    34 200,67
    +164,68 (+0,48 %)
     
  • EUR/USD

    1,1980
    +0,0004 (+0,04 %)
     
  • Gold future

    1 777,30
    +10,50 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    52 079,43
    +215,55 (+0,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 398,97
    +7,26 (+0,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    63,07
    -0,39 (-0,61 %)
     
  • DAX

    15 459,75
    +204,42 (+1,34 %)
     
  • FTSE 100

    7 019,53
    +36,03 (+0,52 %)
     
  • Nasdaq

    14 052,34
    +13,58 (+0,10 %)
     
  • S&P 500

    4 185,47
    +15,05 (+0,36 %)
     
  • Nikkei 225

    29 683,37
    +40,68 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 969,71
    +176,57 (+0,61 %)
     
  • GBP/USD

    1,3842
    +0,0058 (+0,42 %)
     

Avec Rocio Marquez, le chant flamenco est aussi un art du combat

Thierry Fiorile
·1 min de lecture

La fermeture définitive de l'institution Casa Patas à Madrid a résonné comme un tremblement de terre. Privés des touristes qui représentent l'essentiel de leur clientèle, les tablaos en faillite mettent sur la paille les artistes, si peu aidés par le gouvernement. Pour la première fois de son histoire, le flamenco s'est doté d'un syndicat, la Union Flamenca, qui dresse une sinistre comptabilité: 42% des artistes ont renoncé à leur passion, plus de la moitié ne sont pas soutenus.

Rocio Marquez veut nénamoins voir le côté positif de cette crise. "La situation est triste, difficile, mais je crois que quand on pourra raviver ce qui est paralysé, y compris les lieux apparemment morts, on sera capable de recommencer. Avec Union Flamenca, dont la naissance est l’aspect positif de la crise, rappelle l'artiste, nous sommes unis pour être forts." S'engager car "quand j’ai quelque chose à dire, je le dis." Pas simplement des mots, en 2012, Rocio Marquez avait chanté au fonds d'un puits à Santa Cruz del Sil dans le nord de l'Espagne, pour soutenir des mineurs en grève.

Née à Huelva en Andalousie, bardée de prix, dont la réputée Lampara minera du festival de la Union en 2008, reconnue par un milieu souvent conservateur, elle est une artiste libre. En quatre albums, elle a planté le décor: son flamenco va du baroque à l'électrique, du chant pur aux musiques d'ida y vuelta, entre Espagne et Amérique latine.

Des répertoires très différents

Quand les textes populaires que tous les (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi