Marchés français ouverture 1 h 7 min
  • Dow Jones

    31 261,90
    +8,80 (+0,03 %)
     
  • Nasdaq

    11 354,62
    -33,88 (-0,30 %)
     
  • Nikkei 225

    26 906,68
    +167,65 (+0,63 %)
     
  • EUR/USD

    1,0610
    +0,0048 (+0,46 %)
     
  • HANG SENG

    20 406,31
    -310,93 (-1,50 %)
     
  • BTC-EUR

    28 511,71
    +624,52 (+2,24 %)
     
  • CMC Crypto 200

    674,84
    +1,47 (+0,22 %)
     
  • S&P 500

    3 901,36
    +0,57 (+0,01 %)
     

Ce robot « goûte » vos plats

Les robots cuiseurs actuels sont des appareils très simples, qui se contentent de cuisiner des ingrédients déjà préparés. À l’avenir, les robots seront capables de créer un plat en préparant et dosant eux-mêmes les ingrédients. En plus d’un certain nombre de manipulations physiques complexes, les robots devront apprendre une tâche essentielle en cuisine : goûter le plat.

Dans un article publié dans la revue Frontiers in Robotics & AI, des chercheurs de l’université de Cambridge travaillent sur ce point. Ils avaient déjà créé un robot capable de cuisiner des omelettes. Ils lui ont ajouté la capacité d’évaluer la teneur en sel d’un plat à l’aide d’une sonde de conductivité. Le robot a évalué un plat d’œufs brouillés avec des tomates. La première étape a été de tester le plat en plaçant la sonde à différents endroits afin de « goûter » tous les différents éléments. Ceci diffère des systèmes existants qui testent des échantillons homogénéisés.

Regardez ce robot tester la salinité d’un plat d’œufs brouillés et tomates à différents stades de « mastication ». © Université de Cambridge

Un robot qui « mâche » les aliments

Toutefois, lorsque nous mâchons des aliments, la sensation de salinité varie. Les chercheurs ont donc passé le plat au mixeur pour simuler la mastication, puis le robot a de nouveau utilisé la sonde. Ils ont comparé différents plats avec différentes teneurs en sel, et à trois stades de mastication.

Ce robot a eu les meilleurs résultats en testant deux stades du plat : avant et après être passé au blender. Son score de classification F1 est passé de 0,55 pour un échantillon homogénéisé à 0,93 en testant en deux étapes. Leur prototype n’est pour l’instant qu’au stade de démonstration de faisabilité. Les chercheurs espèrent à l’avenir mettre au point un robot cuisinier capable d’adapter le plat au palais de chacun.

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles