Marchés français ouverture 41 min
  • Dow Jones

    31 802,44
    +306,14 (+0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 609,16
    -310,99 (-2,41 %)
     
  • Nikkei 225

    29 027,94
    +284,69 (+0,99 %)
     
  • EUR/USD

    1,1868
    +0,0015 (+0,13 %)
     
  • HANG SENG

    28 484,63
    -56,20 (-0,20 %)
     
  • BTC-EUR

    45 285,93
    +2 196,58 (+5,10 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 082,64
    +58,44 (+5,71 %)
     
  • S&P 500

    3 821,35
    -20,59 (-0,54 %)
     

Robert Rodriguez travaille sur un reboot de sa propre franchise "Spy Kids"

Nawal Bonnefoy
·2 min de lecture
Le film
Le film

La vague de reboots n'en finit pas. La franchise Spy Kids, dont le premier film est sorti en 2001, va elle aussi avoir droit à une nouvelle version. Comme le rapporte le site spécialisé Variety, le studio Spyglass Media est à l'origine de ce projet. Et il a recruté Robert Rodriguez, réalisateur du premier volet, pour en assurer l'écriture et la réalisation.

Le film d'origine Spy Kids suit l'histoire de Carmen et Juni Cortez, des enfants qui ignorent que leurs parents (incarnés par Carla Gugino et Antonio Banderas) travaillent pour une organisation top secrète d'espionnage. Mais quand ces derniers se font kidnapper, leurs enfants ont alors pour mission de partir à leur rescousse.

https://www.youtube.com/embed/GE5aHKJp6HI?rel=0

Une franchise lucrative

Véritable succès, le film avait récolté 147 millions de dollars au box-office mondial. Trois films avaient suivi: Spy Kids 2 : Espions en herbe, Spy Kids 3 : Mission 3D et Spy Kids 4 : Tout le temps du monde (en 2011). Au total, la franchise a amassé plus de 550 millions de dollars à travers le monde.

Comme la première franchise, ce reboot mettra en scène une famille multi-culturelle. En juillet 2020 lors du Comic-Con virutel, Robert Rodriguez avait évoqué l'importance de représenter des personnages latinos au cinéma.

"Ca avait été une grande victoire pour moi, que les Spy Kids soient une famille latino-américaine. Le studio me disait: 'Pourquoi tu les fais Latinos, pourquoi tu ne les fais pas juste Américains?'. Or ils sont Américains, ils sont inspirés de ma famille", avait-il raconté. "Il n’y avait aucun rôle écrit pour les Latinos à cette époque, en 1999 (...) Vous n’avez pas besoin d’être Britannique pour apprécier James Bond. En étant plus précis, vous êtes plus universel".

Article original publié sur BFMTV.com