Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 934,17
    +6,74 (+0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 894,86
    +17,09 (+0,35 %)
     
  • Dow Jones

    39 087,38
    +90,99 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0839
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 091,60
    +36,90 (+1,80 %)
     
  • Bitcoin EUR

    56 985,04
    +80,80 (+0,14 %)
     
  • CMC Crypto 200

    885,54
    0,00 (0,00 %)
     
  • Pétrole WTI

    79,81
    +1,55 (+1,98 %)
     
  • DAX

    17 735,07
    +56,88 (+0,32 %)
     
  • FTSE 100

    7 682,50
    +52,48 (+0,69 %)
     
  • Nasdaq

    16 274,94
    +183,02 (+1,14 %)
     
  • S&P 500

    5 137,08
    +40,81 (+0,80 %)
     
  • Nikkei 225

    39 910,82
    +744,63 (+1,90 %)
     
  • HANG SENG

    16 589,44
    +78,00 (+0,47 %)
     
  • GBP/USD

    1,2655
    +0,0029 (+0,23 %)
     

Robert Badinter : l'hommage de la classe politique à «l'homme de l'abolition de la peine de mort»

Alain MINGAM/Gamma-Rapho via Getty Images

Robert Badinter, grand artisan de l'abolition de la peine capital, est mort à l'âge de 95 ans, dans la nuit de jeudi à vendredi. Depuis cette annonce, les réactions se multiplient pour rendre hommage à cet ancien ministre de la Justice de François Mitterrand. Sur le réseau social X (ex-Twitter), le président Emmanuel Macron a ainsi salué «l'homme de l'abolition de la peine de mort (...), une figure du siècle, une conscience républicaine, l'esprit français». «Il aura consacré chaque seconde de sa vie à se battre pour ce qui était juste, à se battre pour les libertés fondamentales. L'abolition de la peine de mort sera à jamais son legs pour la France», a de son côté réagi le Premier ministre Gabriel Attal, également sur X.

Le leader de La France Insoumise, Jean-Luc Mélenchon, a tenu à saluer la «force de conviction sans pareille» de Robert Badinter, un être «tout simplement lumineux», après le décès du père de l'abolition de la peine de mort. «En siégeant à ses côtés au Sénat, j'ai tellement admiré Robert Badinter ! C'était un orateur qui faisait vivre ses mots comme des poésies. Il raisonnait en parlant et sa force de conviction était alors sans pareille. Peu importe les désaccords. Je n'ai jamais croisé un autre être de cette nature. Il était tout simplement lumineux», a réagi Jean-Luc Mélenchon sur X.

Le président du Conseil constitutionnel, Laurent Fabius, a rendu hommage vendredi à l'un de ses prédécesseurs Robert Badinter, «un juste entre les justes», qui a fait «progresser (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

À 60 ans, cette hôtesse de caisse décroche son premier CDI
Nicole Belloubet, ministre de l'Education nationale : une «bonne nouvelle» pour les profs ?
Frédéric Valletoux ministre de la Santé : bonne ou mauvaise nouvelle pour les patients ?
Décès de Robert Badinter : l’abolition de la peine de mort, le combat de sa vie
Remaniement, agriculteurs… ce qu’il faut retenir de l’interview de Gabriel Attal