La bourse est fermée
  • Dow Jones

    35 116,40
    +278,24 (+0,80 %)
     
  • Nasdaq

    14 761,29
    +80,23 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    27 641,83
    -139,19 (-0,50 %)
     
  • EUR/USD

    1,1865
    -0,0011 (-0,09 %)
     
  • HANG SENG

    26 194,82
    -40,98 (-0,16 %)
     
  • BTC-EUR

    32 129,57
    -849,45 (-2,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    928,35
    -15,09 (-1,60 %)
     
  • S&P 500

    4 423,15
    +35,99 (+0,82 %)
     

RN recalé, macronistes bastonnés, gauche dispersée... Les leçons du second tour des élections régionales

·2 min de lecture

ANALYSE - La dynamique du premier tour des élections régionales s'est confirmée dans les urnes ce dimanche 27 juin pour le second tour. Abstention record, échec de Marine Le Pen à remobiliser ses partisans, camouflet pour les macronistes, et prime aux sortants... Voici les grands enseignements du scrutin.

Pas de "sursaut civique": l’abstention massive du premier tour (66,7% contre 50,09%) en 2015 n’a reculé que d’un point. Comme on pouvait le craindre, la "dissidence démocratique" est restée très majoritaire puisque seuls un tiers des électeurs a voté, en dépit des alarmes, des efforts tardifs de communication des uns et des autres, voire des rappels à l’ordre de la Mère Fouettard (Marine Le Pen) qui a commencé par faire la grosse voix et par gronder ses électeurs déserteurs (73% de ses votants du premier tour de la présidentielle se sont abstenus contre 60% des macronistes!). Il y a certes eu un friselis mobilisateur mais pas une vague en région PACA, où l’enjeu était important puisque Renaud Muselier, le président LR sortant, soutenu par LREM au départ et par la gauche in fine , ex-ministre sarkozyste mais désavoué par Nicolas Sarkozy en personne. Or le Front républicain que beaucoup avaient enterré en grande pompe a une nouvelle fois fonctionné. La dédiabolisation mariniste a été mise en échec.

Malgré les efforts déployés par les réseaux d’extrême-droite puissants dans cette région où ils sont implantés depuis plus de 30 ans maintenant, il n’a pas réussi à enclencher une dynamique susceptible de balayer un barrage républicain qui avait ses faiblesses puisqu’une partie des "castors" écologistes et socialistes ne se sont pas déplacés. Mais ceux qui se sont sacrifiés en accomplissant "leur devoir électoral" n’en ont pas moins permis d’infliger une seconde claque, après celle du premier tour, à Marine Le Pen, première victime de cette abstention lame de fond.

Lire aussi

La présidente du RN pourra, comme les autres dirigeants des partis également enclins à fuir leurs responsabilités, incriminer des facteurs particuliers. A commencer par ceux… de la poste, , ce qui est une défaillance grave, mais beaucoup moins que dimanche dernier. Elle et ils invoqueront en outre le Covid-19 qui a rendu impossible une campagne conséquente en meetings et porte-à-porte, ou encore la n[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles