Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    38 782,15
    +34,73 (+0,09 %)
     
  • Nasdaq

    17 646,75
    +303,20 (+1,75 %)
     
  • Nikkei 225

    38 876,71
    -258,08 (-0,66 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0105 (+0,98 %)
     
  • HANG SENG

    17 937,84
    -238,50 (-1,31 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 125,21
    +2 700,84 (+4,40 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 433,11
    +38,07 (+2,73 %)
     
  • S&P 500

    5 433,32
    +58,00 (+1,08 %)
     

Risques d’incendie : les députés votent l’aggravation des amendes pour manquement au débroussaillement

EMMANUEL DUNAND / AFP

Les députés ont également adopté un article pour limiter les risques aux abords des sites Seveso.

INCENDIE - Les députés ont voté ce mardi 16 mai en faveur d’une aggravation des amendes lorsque des propriétaires de parcelles sur des zones à risques d’incendie ont manqué à des obligations légales de débroussaillement, malgré les oppositions qui plaidaient pour plus de prévention.

« Il ne faut rien laisser au hasard, et faire savoir à quel point elles sont cruciales », a insisté Dominique Faure, ministre chargée des Collectivités territoriales, présente à l’Assemblée nationale pour l’examen d’une proposition de loi pour limiter les risques d’incendie, déjà adoptée en première lecture à l’unanimité au Sénat.

La ministre a soutenu la hausse des amendes, passant de 30 à 50 euros par mètre carré soumis à une obligation de débroussaillement pour limiter les propagations d’incendies, dans des territoires classés à risque et les départements où les bois et forêts sont particulièrement exposés.

Informer les propriétaires sur cette « obligation légale »

« Il existe déjà dans les textes des sanctions pénales et financières (...) Il vaut mieux dialoguer plutôt que passer par la sanction », a plaidé la députée LFI Catherine Couturier, appelant à ne pas alourdir les factures de « petits propriétaires ».

PUBLICITÉ

« L’enjeu c’est vraiment l’information. Un certain nombre de petits propriétaires ne connaissent pas cette obligation légale », a abondé le LR Thibault Bazin. « Il s’agit d’une obligation légale qu’il faut mettre en œuvre pour la sécurité de tous », a intimé au contraire la rapporteure Renaissance Sophie Panonacle, avant que l’article ne soit adopté à main levée.

Les députés ont également adopté un article pour limiter les risques aux abords des sites Seveso (qui contiennent une certaine quantité de matières dangereuses).

Allonger la distance de débroussaillement pour certains sites

Lorsque ces sites sont situés à moins de 200 mètres de bois ou de forêts dans des territoires à risque d’incendie ou des départements où les bois et forêts sont particulièrement exposés, ils seraient obligés de débroussailler sur une distance de 100 mètres au lieu de 50. La distance pourra même être portée à 200 mètres sur décision du préfet.

En revanche, et contre l’avis du gouvernement et de la rapporteure, les députés ont rejeté à deux voix près la possibilité de recourir à des drones pour contrôler la mise en œuvre des obligations légales de débroussaillement.

Les élus LFI, écologistes et socialistes s’y sont notamment opposés. Les députés ont aussi exclu de rétablir un crédit d’impôt pour les propriétaires qui avaient engagé des frais pour respecter leurs obligations de débroussaillement, une proposition du RN.

Lire sur le HuffPost

À voir également sur Le HuffPost :

En Gironde, la terre brûle toujours sous des feux invisibles

En Nouvelle-Zélande, l’incendie d’un hôtel à Wellington fait au moins six morts

VIDÉO - En Gironde, de la terre brûle depuis les incendies de l'été dernier