Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    8 094,97
    -7,36 (-0,09 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 035,41
    -2,19 (-0,04 %)
     
  • Dow Jones

    39 069,59
    +4,33 (+0,01 %)
     
  • EUR/USD

    1,0850
    +0,0032 (+0,29 %)
     
  • Gold future

    2 335,20
    -2,00 (-0,09 %)
     
  • Bitcoin EUR

    63 299,67
    +1 065,68 (+1,71 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 442,38
    -25,72 (-1,75 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,80
    +0,93 (+1,21 %)
     
  • DAX

    18 693,37
    +2,05 (+0,01 %)
     
  • FTSE 100

    8 317,59
    -21,64 (-0,26 %)
     
  • Nasdaq

    16 920,79
    +184,76 (+1,10 %)
     
  • S&P 500

    5 304,72
    +36,88 (+0,70 %)
     
  • Nikkei 225

    38 646,11
    -457,11 (-1,17 %)
     
  • HANG SENG

    18 608,94
    -259,77 (-1,38 %)
     
  • GBP/USD

    1,2739
    +0,0041 (+0,32 %)
     

Risque de pénurie mondiale de jus d’orange dans les prochains mois

« Cette pénurie touche à date essentiellement les concentrés de jus d’orange mais pourrait concerner également les purs jus dans les semaines à venir par effet domino », prévient l'Unijus. (Image d'illustration) - Credit:EZEQUIEL SAMBRESQUI / AltoPress / PhotoAlto via AFP

Le dérèglement climatique est la cause principale de ce risque de pénurie. La production générale ne cesse de baisser depuis une décennie.

Va-t-il falloir se passer du bon verre de jus d'orange du matin ? Le risque de pénurie mondiale ne fait que grandir, à cause du dérèglement climatique. La Floride, deuxième pourvoyeur mondial d'oranges, a été durement touchée par l'ouragan Ian en septembre 2022 et ne s'en est toujours pas relevée. L'Espagne et le Mexique, qui sont d'autres gros fournisseurs de l'agrume, connaissent aussi des difficultés. La production a baissé de 30 % à cause des sécheresses, comme l'explique France Info. Le Brésil, principal exportateur depuis plusieurs années, n'arrive pas à tenir la cadence et à honorer toutes les commandes.

Autre impact de ce manque de production : le cours du concentré de jus d'orange explose. « L'année dernière, on payait ça à peu près 1 400 euros, livré en Europe dans les ports du Nord. On va passer à 3 400 [euros] », note Jean-Paul Lorch, président de l'Unijus. Une augmentation qui se répercutera dans les rayons : les bouteilles devraient coûter plus cher de 15 centimes au litre.

Hausse des prix à venir

« Les commandes auprès des fournisseurs de concentrés sont désormais sous quotas pour toutes les sociétés désirant en acheter, une situation jamais rencontrée par les acheteurs les plus anciens ! » s'inquiète l'Unijus, qui analyse : « Cette pénurie touche à date essentiellement les concentrés de jus d'orange mais pourrait concerner également les purs jus dans les semaines à venir par effet domino. »À LIRE AUSSIContre les pénuries de médicaments, une ré [...] Lire la suite

VIDÉO - Pénurie d'essence : voici les départements où la vente de carburant est restreinte