La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 869,37
    +71,37 (+0,21 %)
     
  • Nasdaq

    14 969,97
    -77,73 (-0,52 %)
     
  • Nikkei 225

    30 240,06
    -8,75 (-0,03 %)
     
  • EUR/USD

    1,1704
    -0,0014 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    24 208,78
    +16,62 (+0,07 %)
     
  • BTC-EUR

    36 570,70
    -859,24 (-2,30 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 062,43
    -39,09 (-3,55 %)
     
  • S&P 500

    4 443,11
    -12,37 (-0,28 %)
     

Les riches de la Tech rêvent plus de donner que de flamber

·2 min de lecture

Grâce au succès de leur start-up, ces jeunes patrons brassent des millions, mais rêvent moins de grosses cylindrées ou de dépenses somptuaires que de nouvelles créations d’entreprises ou d’actions sociales.

A 35 ans, Jonathan Cherki vient de signer la plus grosse levée de fonds de l’histoire de la French Tech : une opération à 408 millions d’euros qui valorise Contentsquare, spécialiste du marketing digital, à 2,5 milliards, et sa fortune à 460 millions. De quoi laisser songeurs les parrains du secteur comme Xavier Niel. Le fondateur d’Iliad-Free est de ceux qui investissent largement dans les start-up françaises via son holding personnel NJJ, son fonds Kima Ventures et Station F. Son nouveau projet porte le nom d’Hectar, une école d’agriculture gratuite. Autre vétéran, l’ex-PDG de PriceMinister, Pierre Kosciusko-Morizet conserve une place de choix dans le financement du numérique grâce à ses 500 millions d’euros de mise au sein du fonds de business angels ISAI et de sa société Kernel Investissements, l’une des heureuses supportrices de Doctolib, le site de rendez-vous médicaux. L’ex-patron de Meetic, Marc Simoncini, riche de 400 millions d’euros, arrose quant à lui l’écosystème avec Jaïna Capital, et s’est fait plaisir en imaginant Angell, le vélo électrique du futur.

Dénicheurs d’idées

Plusieurs serials entrepreneurs, restés sous le radar jusqu’à présent, intègrent le classement de Challenges. Parmi eux, Jean Canzoneri et Thomas Pasquet (400 millions), les fondateurs d’Ogury, start-up spécialisée dans la publicité personnalisée sur mobile, créée en 2014. Son atout : ne pas utiliser de données personnelles, un virage pris deux ans avant tout le monde. Diplômé d’HEC Entrepreneurs, Jean Canzoneri n’en est pas à son coup d’essai. Il a monté une agence créative, puis une application musicale financée par la pub (Beezik), une start-up de diffusion de vidéos publicitaires BeeAd rachetée par le français Teads. En parallèle, il compose des morceaux instrumentaux de rap.

De son côté, le prolifique Thibaud Elzière, fondateur de la photothèque libre de droits Fotolia, revendue à l’éditeur graphique américain Adobe, assouvit son appétit créatif grâce à eFounders, le premier start[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles