La bourse ferme dans 47 min
  • CAC 40

    7 198,84
    +55,84 (+0,78 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 302,33
    +30,14 (+0,71 %)
     
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • EUR/USD

    1,1409
    -0,0007 (-0,06 %)
     
  • Gold future

    1 818,50
    +2,00 (+0,11 %)
     
  • BTC-EUR

    37 388,91
    -799,03 (-2,09 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 022,60
    -3,13 (-0,31 %)
     
  • Pétrole WTI

    83,89
    +0,07 (+0,08 %)
     
  • DAX

    15 944,11
    +60,87 (+0,38 %)
     
  • FTSE 100

    7 608,38
    +65,43 (+0,87 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    28 333,52
    +209,24 (+0,74 %)
     
  • HANG SENG

    24 218,03
    -165,29 (-0,68 %)
     
  • GBP/USD

    1,3647
    -0,0032 (-0,24 %)
     

Riad Salamé : la chute du banquier du Liban

·2 min de lecture

Il passait pour un magicien de la finance. Aujourd’hui, le gouverneur de la Banque du Liban est accusé d’avoir ruiné ses compatriotes.

La fête est finie. Plus d’argent, la livre autrefois si solide, arrimée au dollar, dévaluée à plus de 90 %. Tout manque, l’essence, l’électricité, les médicaments, le Liban agonise, entre résignation et rage. C’est l’heure des comptes et les regards se tournent vers lui : Riad Salamé, le sphinx de la Banque du Liban (BDL), gouverneur depuis 1993, chantre de la stabilité financière, roué en montages et en discours rassurants, insubmersible gardien du coffre et de ses secrets. Vingt-huit ans qu’il tient tout, louvoyant entre les crises et les guerres, les argentiers du Golfe, d’Iran, de Syrie et les analystes du FMI, porté par ses décorations de « meilleur banquier central » et les hommages de Chirac, qui lui offrit un passeport tricolore et la Légion d’honneur. « Riad, disait-il, sera un jour président du Liban. »

Lire aussi:Beyrouth : reportage au coeur d'une ville brisée

Le grand Jacques appréciait ce petit Oriental cultivé, toujours bien mis, gominé, cigare au bec, qui lui avait été présenté par son ami Rafic Hariri. Riad Salamé a été fort bien traité par la France, jusqu’en septembre 2020, quand Emmanuel Macron l’a accusé, à mots à peine voilés, d’avoir bâti un « schéma de Ponzi », ce système frauduleux basé sur des taux d’intérêt insensés, rendu célèbre par Madoff. Diable, l’honorable gouverneur aurait ainsi joué, à l’échelle d’un État… . Comment est-ce possible ? Riad Salamé a-t-il encouragé la débâcle, comme le pensent nombre de Libanais, dont l’économiste Toufic Gaspard, ancien conseiller au FMI, qui parle du « plus gros krach bancaire des temps modernes » ?

Son nom sent tellement le soufre que France Inter fait savoir que Léa Salamé n’a aucun lien avec lui

« Tout ça est de la pure calomnie », indique le(...)


Lire la suite sur Paris Match

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles