Marchés français ouverture 2 h 22 min
  • Dow Jones

    31 391,52
    -143,99 (-0,46 %)
     
  • Nasdaq

    13 358,79
    0,00 (0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    29 539,29
    +131,12 (+0,45 %)
     
  • EUR/USD

    1,2090
    +0,0003 (+0,02 %)
     
  • HANG SENG

    29 637,21
    +541,35 (+1,86 %)
     
  • BTC-EUR

    40 759,48
    +17,20 (+0,04 %)
     
  • CMC Crypto 200

    988,93
    +0,83 (+0,08 %)
     
  • S&P 500

    3 870,29
    -31,53 (-0,81 %)
     

Rhône : l’hôpital de Villefranche-sur-Saône victime d'une attaque informatique

franceinfo
·1 min de lecture

L'hôpital Nord-Ouest de Villefranche-sur-Saône (Rhône) subit depuis lundi 15 février une attaque informatique, annonce l'établissement dans un communiqué. L'attaque informatique par crypto-virus "Ryuk" a été détectée sur le réseau informatique de l'hôpital à 4h30 du matin. Les sites de Villefranche, Tarare et Trévoux sont fortement impactés.

"La sécurité des patients est assurée"

Il s'agit d'une attaque au "rançongiciel" (ou ransomware) où les pirates réclament le paiement d'une rançon pour débloquer les ordinateurs."Les actions de limitation de la propagation du crypto-virus ont été mises en œuvre dès cette nuit : les accès au système d’information et à internet ont été coupés, explique l'établissement dans son communiqué. Tous les postes de travail ont été déconnectés, à l’exception du standard des urgences, l’ensemble de la téléphonie a été rendue inaccessible".

L'hôpital indique que les patients qui arrivent aux urgences des sites de Villefranche et de Tarare "sont pris en charge et pourront, si nécessaire être orientés vers d’autres établissements de santé." L'établissement assure, par ailleurs, que "la sécurité des patients actuellement pris en charge dans le service de soins continu et de réanimation de Villefranche est assurée." Le communiqué précise également qu'aucun transfert n’est programmé, pour les patients comme pour les nourrissons séjournant dans le service de néonatalité.

Les documents rédigés à la main

Toutes les interventions chirurgicales programmées (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi