Marchés français ouverture 5 h 10 min
  • Dow Jones

    33 978,08
    +28,68 (+0,08 %)
     
  • Nasdaq

    11 621,71
    +109,31 (+0,95 %)
     
  • Nikkei 225

    27 473,75
    +91,19 (+0,33 %)
     
  • EUR/USD

    1,0873
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    22 496,27
    -192,63 (-0,85 %)
     
  • BTC-EUR

    21 738,93
    +269,90 (+1,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    536,79
    +19,79 (+3,83 %)
     
  • S&P 500

    4 070,56
    +10,13 (+0,25 %)
     

Reworld Media: le magazine Mission patrimoine de Stéphane Bern menacé

CHARLY TRIBALLEAU / AFP

Le sulfureux groupe Reworld Media, connu pour donner un virage publirédactionnel aux titres de presse qu'il rachète, s'apprête à faire le ménage dans sa quarantaine de titres de presse. Le magazine Mission Patrimoine de Stéphane Bern serait menacé, selon La lettre de l'Expansion.

C'est l'heure du grand ménage chez Reworld Media. Le groupe de presse, critiqué pour les économies drastiques qu'il réalise chez les titres qu'il rachète - comme Science & Vie - s'apprête à faire le ménage dans la quarantaine de magazines qu'il possède, rapporte La lettre de l'Expansion. Parmi ces titres, le magazine féminin et santé Vital devrait arrêter d'être diffusé en 2023. Mission Patrimoine, trimestriel lancé par Stéphane Bern en 2020, serait aussi menacé.

Pour afficher ce contenu, vous devez mettre à jour vos paramètres de confidentialité.
Cliquez ici pour le faire.

Il faut dire que le titre ne semble pas dans une forme florissante. A l'inverse de son mentor Dr Good!, mené - sur le même modèle - par le médiatique Michel Cymès, le magazine ne communique pas sur ses chiffres de vente. Son mentor, pourtant ultra-médiatique, n'en fait qu'une promotion que très discrète. Et sa présence numérique reste limitée, si l'on fait exception d'un compte Twitter à la quelque centaine d'abonnés.

Lire aussiDoctissimo, Marmiton... Pourquoi le trublion Reworld rachète le pôle médias numériques de TF1

"Ils produisent des contenus low-costs"

Or, Reworld Media n'est pas connu pour faire dans le sentimentalisme. Le groupe veut des titres qui marchent, et qui sont rentables. "Ils produisent des contenus plus low-costs, avec des fournisseurs de contenus plutôt que des journalistes, expliquait ainsi Patrick Eveno, historien du journalisme, à Challenges, en 2022. Ils vont chercher de l’audience avec le community management. L'important pour eux, c’est le business."

Forcément, la démarche inquiète les journalistes. L'acquisition de Science & Vie avait fait fuir par le groupe avait fait fuir la rédaction en place, tout comme - plus récemment - le rachat de Gamekult. Les directeurs du pôle tech d'Unify, l'ex-pôle média de TF1 (Doctissimo, Marmiton...), Vincent et Florent Alzieu, devra[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi