La bourse est fermée

Revenus dissimulés, corruption... Ce qui est reproché à Carlos Ghosn, au Japon et en France

1 / 2

Revenus dissimulés, corruption... Ce qui est reproché à Carlos Ghosn, au Japon et en France

L'heure des explications pour Carlos Ghosn. Un peu plus d'une semaine après son évasion spectaculaire du Japon, l'ex-patron de l'alliance automobile Renault-Nissan-Mitsubishi a décidé de s'adresser aux journalistes du monde entier, lui a qui a été tenu au silence par la justice japonaise depuis son arrestation en novembre 2018. Et les questions seront nombreuses. Car s'il a bien l'intention de se défendre, Carlos Ghosn devra répondre des nombreuses accusations qui ont été énoncées contre lui. Retour sur ce qui lui est reproché.

  • Dissimulation de revenus chez Nissan entre 2010 et 2015
     

Le 10 décembre 2019, Carlos Ghosn est officiellement mis en examen pour dissimulation de revenus, chez Nissan sur la période 2010-2015. En clair, il aurait omis de déclarer aux autorités boursières l'équivalent de 38 millions d'euros. Il s'agissait en réalité de rémunérations différées.

  • Dissimulation de revenus chez Nissan entre 2015 et 2018
     

Le 11 janvier 2019, un deuxième chef d'inculpation lui est adressé. Il aurait, là encore, dissimulé environ 32 millions d’euros sur la période 2015-2018. Comme pour le premier chef d'inculpation, Nissan a aussi été mis en examen en tant que personne morale.

  • Abus de confiance aggravé
     

Le même jour, la justice japonaise met Carlos Ghosn en examen pour abus de confiance. Cette fois, l'ex-patron de l'alliance est accusé d'avoir fait supporter à Nissan ses déboires financiers personnels, lors de...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi