Publicité
La bourse ferme dans 6 h 48 min
  • CAC 40

    8 104,48
    +12,37 (+0,15 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 045,78
    +20,61 (+0,41 %)
     
  • Dow Jones

    39 671,04
    -201,95 (-0,51 %)
     
  • EUR/USD

    1,0846
    +0,0019 (+0,17 %)
     
  • Gold future

    2 361,30
    -31,60 (-1,32 %)
     
  • Bitcoin EUR

    64 206,09
    -438,65 (-0,68 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 518,59
    +15,93 (+1,06 %)
     
  • Pétrole WTI

    77,64
    +0,07 (+0,09 %)
     
  • DAX

    18 701,81
    +21,61 (+0,12 %)
     
  • FTSE 100

    8 346,53
    -23,80 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    16 801,54
    -31,08 (-0,18 %)
     
  • S&P 500

    5 307,01
    -14,40 (-0,27 %)
     
  • Nikkei 225

    39 103,22
    +486,12 (+1,26 %)
     
  • HANG SENG

    18 868,71
    -326,89 (-1,70 %)
     
  • GBP/USD

    1,2726
    +0,0006 (+0,05 %)
     

La revanche de Blue Origin : la Nasa le choisit pour créer un atterrisseur sur la Lune

La Nasa a retenu Blue Origin comme seconde entreprise missionnée pour construire un atterrisseur lunaire. Une revanche pour la société américaine, écartée au départ.

Une controverse refermée, en sélectionnant l’entreprise à l’origine de la polémique. Voilà, en somme, comment il est possible de résumer l’annonce de la Nasa ce 19 mai 2023. L’agence spatiale américaine a fait savoir, par la voix de son grand patron, Bill Nelson, qu’elle choisissait l’entreprise Blue Origin pour construire un atterrisseur pour la Lune.

Plus exactement, la Nasa vient de choisir un deuxième alunisseur pour soutenir son programme Artémis, qui consiste à ramener des astronautes sur le satellite durant la décennie 2020. L’agence spatiale avait déjà choisi SpaceX en 2021, séduite par sa future fusée Starship. Celle-ci est toujours en développement en 2023. Une variante adaptée à l’alunissage sera nécessaire.

Blue Origin lander
Blue Origin lander

Un concept d’atterrisseur. // Source : Blue Origin

PUBLICITÉ

« Nous voulons de la concurrence. Nous voulons deux atterrisseurs », a argué Bill Nelson. « C’est préférable. » En ayant un second engin capable de faire la navette entre la future station orbitale (la « Gateway ») et la surface lunaire, Artémis bénéficie d’une meilleure robustesse, avec une solution de repli si l’un des deux a un pépin.

Surtout, c’est aussi un moyen pour la Nasa de se délester d’une partie de la charge de travail.

[Lire la suite]

Crédits photos de l'image de une : La capsule Blue Moon. // Source : Blue Origin