Publicité
La bourse est fermée
  • CAC 40

    7 724,32
    +97,19 (+1,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    5 043,02
    +66,89 (+1,34 %)
     
  • Dow Jones

    40 000,90
    +247,15 (+0,62 %)
     
  • EUR/USD

    1,0910
    +0,0040 (+0,37 %)
     
  • Gold future

    2 416,00
    -5,90 (-0,24 %)
     
  • Bitcoin EUR

    53 727,67
    +698,81 (+1,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 227,41
    +28,84 (+2,41 %)
     
  • Pétrole WTI

    82,18
    -0,44 (-0,53 %)
     
  • DAX

    18 748,18
    +213,62 (+1,15 %)
     
  • FTSE 100

    8 252,91
    +29,57 (+0,36 %)
     
  • Nasdaq

    18 398,45
    +115,04 (+0,63 %)
     
  • S&P 500

    5 615,35
    +30,81 (+0,55 %)
     
  • Nikkei 225

    41 190,68
    -1 033,34 (-2,45 %)
     
  • HANG SENG

    18 293,38
    +461,05 (+2,59 %)
     
  • GBP/USD

    1,2990
    +0,0075 (+0,58 %)
     

Revalorisation des retraites en dessous de l’inflation : un sujet explosif pour le gouvernement

Illustration Capital / Freepik

Double serrage de vis. Le 18 février dernier, le ministre de l’Economie, Bruno Le Maire, annonce qu’en raison d’une plus faible prévision de croissance (1% contre 1,4%), l’Etat va devoir faire 10 milliards d’économies en 2024. Bis repetita en 2025 avec deux fois plus d’efforts attendus. Auditionné par l’Assemblée nationale, ce mercredi 6 mars, le locataire de Bercy a chiffré à 20 milliards d’euros les coupes budgétaires en 2025.

Parmi les pistes d’économies avancées : la revalorisation des pensions en dessous de l’inflation. Interrogé sur la question par un auditeur sur France Inter, le 20 février dernier, Thomas Cazenave, ministre délégué aux Comptes publics, a affirmé qu’«on aura ce débat, je crois, pour le budget 2025». Il a assumé la revalorisation de la retraite de base de 5,3% au 1er janvier dernier, d’un coût de plus de 14 milliards d’euros, arguant que «dans une période de grande inflation, il faut aussi protéger (les retraités, NDLR)».

Mais attention, terrain plus que glissant. Le Président Emmanuel Macron a en mémoire la hausse de la CSG (Contribution sociale généralisée) pour les retraités sur laquelle il avait dû revenir. Après avoir relevé, au 1er janvier 2018, le taux de 6,6% à 8,3% pour ceux gagnant plus de 1 200 euros, il avait fait marche arrière, suite au mouvement des Gilets jaunes, en limitant cette augmentation aux retraités gagnant plus de 2 000 euros. Ce souvenir semble encore vif dans la tête du locataire de l’Elysée puisque, selon Les Echos, lors du Conseil (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Retraite : la France peut-elle aussi se permettre, comme la Suisse, de verser un treizième mois ?
Retraites des agriculteurs : un nouveau mode de calcul de la pension proposé par les sénateurs
Réforme des retraites : les nouvelles règles pour utiliser votre compte de prévention
Quand et comment faire sa demande de retraite en ligne ?
Cumul emploi retraite : ces travailleurs sont les grands oubliés de la réforme