Marchés français ouverture 3 h 1 min
  • Dow Jones

    34 053,94
    -39,02 (-0,11 %)
     
  • Nasdaq

    12 200,82
    +384,50 (+3,25 %)
     
  • Nikkei 225

    27 503,98
    +101,93 (+0,37 %)
     
  • EUR/USD

    1,0898
    -0,0013 (-0,12 %)
     
  • HANG SENG

    21 558,22
    -400,14 (-1,82 %)
     
  • BTC-EUR

    21 608,14
    -500,34 (-2,26 %)
     
  • CMC Crypto 200

    536,51
    -8,81 (-1,61 %)
     
  • S&P 500

    4 179,76
    +60,55 (+1,47 %)
     

Retraites: la réforme du gouvernement dégagera près de 18 milliards d'euros en 2030

La réforme des retraites présentée mardi par le gouvernement "apportera 17,7 milliards d'euros en 2030 aux caisses de retraites", a indiqué le ministre de l’Économie et des Finances Bruno Le Maire.

Les recettes dégagées grâce à la réforme, qui prévoit un décalage progressif de l'âge légal de départ à la retraite jusqu'à atteindre 64 ans en 2030, feront plus que compenser les "13,5 milliards d'euros" de déficit que le régime de retraite aurait connu en 2030 en l'absence de réforme.

Selon ses calculs, l'exécutif disposera donc d'une cagnotte de 4,2 milliards d'euros pour financer des mesures d'accompagnement.

Quelque 3,1 milliards d'euros serviront à financer les départs en retraite anticipés pour inaptitude ou invalidité, a détaillé Bruno Le Maire.

Les mesures pour mieux prendre en compte la pénibilité et les carrières longues, couplées à la revalorisation à près de 85% du Smic (soit environ 1.200 euros) des petites pensions pour les nouveaux retraités, coûteront pour leur part 1,7 milliard d'euros.

"Le total de ces mesures complémentaires représente 4,8 milliards d'euros", a souligné Bruno Le Maire.

Les 600 millions manquants seront donc financés "par un transfert de cotisations de la branche accidents du travail" de la Sécurité sociale "qui est excédentaire, vers la branche retraites, qui est déficitaire". D'ici 2030, "ça permettra de garantir l'équilibre financier de notre système de retraite de répartition", a conclu Bruno Le Maire.

Le gouvernement compte également revaloriser dès 2023 les pensions des actuels retraités, mais n'a pas inclus cette mesure à ce stade dans ses calculs.

Le relèvement de ces pensions coûtera "de l'ordre d'un milliard d'euros", a précisé Elisabeth Borne. "Nous pensons que ça peut être financé dans le cadre d'une solidarité" entre branches de la Sécurité sociale, a-t-elle ajouté.

"Aucun déficit n'est négligeable. Chaque euro compte pour un État qui a [près de] 3.000 milliards d'euros de dette", a martelé Bruno Le Maire.

Selon les dernières données de l'Insee publiées mi-décembre, la dette publique de la France s'élevait à 113,7% du PIB, soit 2.957 milliards d'euros, à la fin du troisième trimestre 2022.

dga/jbo/LyS