La bourse est fermée
  • Dow Jones

    32 169,72
    +139,61 (+0,44 %)
     
  • Nasdaq

    11 820,89
    +150,94 (+1,29 %)
     
  • Nikkei 225

    27 419,61
    -47,00 (-0,17 %)
     
  • EUR/USD

    1,0871
    +0,0006 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    20 049,64
    +458,21 (+2,34 %)
     
  • Bitcoin EUR

    26 040,97
    -162,61 (-0,62 %)
     
  • CMC Crypto 200

    619,79
    +22,33 (+3,74 %)
     
  • S&P 500

    3 962,76
    +25,79 (+0,66 %)
     

Retraites : sous pression, le gouvernement cède au 49.3

SARAH MEYSSONNIER

Alors que l'Assemblée nationale devait se prononcer à partir à 15h sur la réforme des retraites après son adoption ce matin par le Sénat, Elisabeth Borne a annoncé l'utilisation du 49.3 après un long suspense. Une ou plusieurs motions de censures devraient être déposées.

Fin du suspense. Elisabeth Borne a utilisé au 49.3 pour faire adopter la réforme des retraites. Après quatre réunions en 24 heures autour d'Emmanuel Macron à l'Élysée, la cheffe du gouvernement engagé la responsabilité de son gouvernement. Marseillaise chantée et panneaux "64 ans, c'est non" brandis par des députés de gauche: la séance consacrée à la réforme des retraites s'est déroulé dans le chahut à l'Assemblée nationale, à l'arrivée d'Elisabeth Borne.Après un premier faux départ en raison d'un retard de Mme Borne, la séance a été brièvement interrompue. La Première ministre a fini par prendre la parole à la tribune, devant des députés LFI appelant à sa "démission".

Emmanuel Macron a tranché entre la possibilité d'aller à un vote sur son projet phare ou la nécessité de recourir à cette article de la Constitution, qui permet une adoption du projet sans vote, sauf motion de censure adoptée contre le gouvernement. Sur RTL le 14 mars dernier, le secrétaire de la CFDT Laurent Berger prévenait que le passage par un 49.3 serait "serait un vice démocratique".

Lire aussiMacron dans le piège du 49.3

Un vote à l'issue trop incertaine pour le gouvernement

Le Sénat, de son côté, a sans surprise confirmé jeudi matin son vote en faveur de la réforme par 193 voix contre 114. Les principaux responsables syndicaux, réunis à proximité de l'Assemblée nationale, ont quant à eux réitéré leur appel à "voter contre" un texte selon eux "injuste" et "brutal". Les stratèges macronistes s'affairaient jusqu'ici pour savoir s'ils disposent d'une majorité de députés, tous les comptages montrant une marge de manoeuvre extrêmement faible.

"On est à deux, trois voix d'écart" en faveur du texte, selon une source au sein de l'exécutif. Selon l'entourage présidentiel, les téléphones continuaient de chauffer jeudi matin avec les députés LR, les élus indépendants Liot et la Première ministre Élisabeth Borne. "Ma conviction est qu'on doit aller au vote" et "on aura une majorité pour voter cette réfor[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi