La bourse est fermée

Retraites: le port du Havre à l'arrêt

1 / 2
Les routiers de la CGT bloquent l'entrée des entrepôts industriels du port du Havre, le 22 janvier 2020

Le Havre (AFP) - Le port était à l'arrêt et la circulation a été très perturbée jeudi matin en raison de la grève contre la réforme des retraites au Havre, où le Premier ministre est candidat aux élections municipales, selon des sources concordantes.

Selon Haropa, l'activité était nulle à nouveau sur le port du en raison du 15e jour de grève des personnels manutentionnaires et portuaires. La police a relevé "six à sept points de blocage" perturbant très fortement la circulation mais un accès au port demeurant libre. Le Havre est le premier port français pour les porte-conteneurs.

Sur un des accès importants au centre ville du Havre, près du pont Vauban et quai Georges V, quelque 300 à 400 manifestants ont bloqué dans le calme le passage avec trois grues mobiles et des camions semi-remorques, a constaté une correspondante de l'AFP sur place. Des pneus et des poubelles brûlaient, selon la même source et le barrage a été levé en fin de matinée, selon la correspondante.

"La zone industrielle et portuaire est bloquée avec une dizaine de points de blocage par environ 3.500 personnes", avait déclaré un peu plus tôt à l'AFP Sandrine Gérard secrétaire du l'union locale CGT du Havre.

La police n'avait pas de chiffre global.

"On est prêts à s'inscrire dans la durée jusqu'au retrait", a ajouté Laurent Delaporte, de la CGT Grand-port maritime du Havre.

Les points de blocage devaient tous être levés en début d'après-midi mais la grève est pour 24h, selon la CGT.

Haropa a annoncé trois millions d'euros de "mesures commerciales exceptionnelles qui devront contribuer" à "une relance" après 14 jours de grève.

"La relance, on en est loin", estime en revanche Véronique Lépine présidente du Groupement havrais des armateurs et agents maritimes (GHAAM), interrogée par l'AFP. Avec la candidature d'Edouard Philippe au Havre pour les municipales, "l’intérêt des manifestants va forcément se focaliser sur Le Havre", pense Mme Lépine pour qui les conséquences économiques de la grève sont "dramatiques".

Interrogé sur ce point, M. Delaporte a répondu: "Ils nous font du chantage. En 2016, ils disaient que c'était la catastrophe et trois semaines après la fin du mouvement contre la loi travail, on a battu des records de trafic".

Selon Haropa entre le 5 décembre et le 29 janvier, 122 escales ont été annulées au Havre dont 75 de porte-conteneurs.