La bourse ferme dans 4 h 59 min
  • CAC 40

    5 983,46
    +189,31 (+3,27 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 452,26
    +110,09 (+3,29 %)
     
  • Dow Jones

    29 490,89
    +765,38 (+2,66 %)
     
  • EUR/USD

    0,9904
    +0,0077 (+0,78 %)
     
  • Gold future

    1 718,10
    +16,10 (+0,95 %)
     
  • BTC-EUR

    20 163,14
    +666,25 (+3,42 %)
     
  • CMC Crypto 200

    453,55
    +18,20 (+4,18 %)
     
  • Pétrole WTI

    84,42
    +0,79 (+0,94 %)
     
  • DAX

    12 581,84
    +372,36 (+3,05 %)
     
  • FTSE 100

    7 034,01
    +125,25 (+1,81 %)
     
  • Nasdaq

    10 815,43
    +239,82 (+2,27 %)
     
  • S&P 500

    3 678,43
    +92,81 (+2,59 %)
     
  • Nikkei 225

    26 992,21
    +776,42 (+2,96 %)
     
  • HANG SENG

    17 079,51
    -143,32 (-0,83 %)
     
  • GBP/USD

    1,1366
    +0,0047 (+0,41 %)
     

Retraites: la piste d'une réforme via le budget "pas tranchée", selon Dussopt

L'hypothèse d'une réforme des retraites dans le prochain budget de la Sécurité sociale "n'est pas tout à fait tranchée", a indiqué mardi Olivier Dussopt, qui a jugé "normal que le gouvernement se garde toutes les possibilités".

Malgré l'opposition unanime des syndicats, qu'il a rencontrés lundi, le ministre du Travail a confirmé sur RTL que la piste d'une réforme par un amendement au budget de la Sécu "fait partie des scénarios" envisagés par l'exécutif.

Assurant vouloir "éviter ce qu'on appelle un passage en force", il a toutefois rappelé que "si nous sommes bloqués, si nous sommes dans une impasse, s'il n'y a aucune volonté d'accompagnement, nous disposons d'outils dans la Constitution".

"Il est normal que le gouvernement se garde toutes les possibilités", a-t-il insisté, ajoutant que la stratégie "n'est pas tout à fait tranchée" et est encore "en cours de réflexion et de travail".

L'objectif reste néanmoins "d'équilibrer le système" de retraite, menacé par le retour des déficits selon M. Dussopt, qui a évoqué une perte de "plus de 12 milliards" d'euros en 2027 et d'une "vingtaine de milliards" en 2030.

Pour y remédier, l'idée d'un recul de l'âge légal de départ ou d'un allongement de la durée de cotisations tient la corde. "On pourrait mixer les deux mesures", a suggéré le ministre, évoquant "éventuellement des contreparties" sur "le niveau minimum de pension et la question de la pénibilité".

A charge pour les syndicats de "dire ce qu'ils veulent comme améliorations", mais "aussi comment c'est financé", a-t-il souligné, répétant que cela "passe par plus de travail, à l'échelle de la société (et) à l'échelle d'une vie".

gbh/fmp/spi