Publicité
La bourse est fermée
  • Dow Jones

    39 100,97
    -310,24 (-0,79 %)
     
  • Nasdaq

    17 704,86
    +208,05 (+1,19 %)
     
  • Nikkei 225

    39 173,15
    +368,50 (+0,95 %)
     
  • EUR/USD

    1,0708
    -0,0029 (-0,27 %)
     
  • HANG SENG

    18 072,90
    +45,19 (+0,25 %)
     
  • Bitcoin EUR

    57 711,70
    +999,52 (+1,76 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 284,95
    +35,83 (+2,87 %)
     
  • S&P 500

    5 463,38
    +15,51 (+0,28 %)
     

Retraites : Macron « à disposition de l’intersyndicale » après la décision du Conseil constitutionnel

Le président Emmanuel Macron au Conseil européen à Bruxelles, vendredi 24 mars 2023.
Le président Emmanuel Macron au Conseil européen à Bruxelles, vendredi 24 mars 2023.

En déplacement au Conseil européen, le président s’est dit ouvert au dialogue avec l’Intersyndicale, mais après la décision du Conseil constitutionnel sur sa réforme.

POLITIQUE - C’est une déclaration du président qui va faire grincer des dents. En déplacement au Conseil européen à Bruxelles ce vendredi 24 mars, Emmanuel Macron s’est dit « à disposition de l’intersyndicale », mais seulement une fois que le Conseil constitutionnel aura rendu sa décision sur la réforme des retraites, adoptée la semaine dernière grâce au 49.3.

« J’ai indiqué notre disponibilité à avancer sur des sujets comme l’usure professionnelle, les fins de carrière, les reconversions, l’évolution des carrières, les conditions de travail, les rémunérations dans certaines branches », a détaillé le chef de l’État lors d’une conférence de presse à Bruxelles.

Une déclaration qui va mettre le feu aux poudres

L’adresse du président aux syndicats, qui lui reprochent un manque d’écoute depuis le début de l’examen de la réforme des retraites risque de mettre le feu aux poudres, alors que la colère gronde dans la rue depuis l’adoption du texte grâce au 49.3. Notamment après les propos qu’il a tenus sur l’intersyndicale lors de son entretien aux 13 heures de TF1 et France 2, en milieu de semaine.

PUBLICITÉ

Le chef d’État y a affirmé que les représentants syndicaux « n’avaient pas proposé de compromis » pendant l’élaboration du projet de loi. Des mots « factuellement faux » et « irrespectueux », selon le secrétaire général de la CFDT Laurent Berger, qui assure que l’intersyndicale n’a eu de cesse de faire des propositions et de demander à être reçue à l’Élysée.

Cette nouvelle déclaration d’Emmanuel Macron ne risque donc pas d’arranger ses relations avec les représentants syndicaux, ni avec le peuple. Alors que les actions sauvages se multiplient chaque jour depuis le passage en force de la réforme, plus d’un million de personnes (3,5 millions selon la CGT) ont manifesté jeudi à l’occasion de la 9e journée de mobilisation intersyndicale, selon le ministère de l’Intérieur.

À voir également sur Le HuffPost :

VIDÉO - Réforme des retraites : "moi, je bloquerais Paris", les manifestants bien décidés à poursuivre la mobilisation, 49-3 ou pas

Darmanin met les violences policières sur le compte de la « fatigue »

Vianney réagit à une vidéo de violences policières : « Un manque de sang-froid et d’humanité »