La bourse ferme dans 2 h 4 min

Retraites: l'âge d'équilibre à 65 ans reste "une hypothèse de travail", assure Laurent Pietraszewski

1 / 2

Retraites: l'âge d'équilibre à 65 ans reste "une hypothèse de travail", assure Laurent Pietraszewski

Alors que s'ouvre ce vendredi les débats parlementaires autour de la réforme des retraites, de nombreux points cristallisent les tensions, notamment ce fameux âge pivot ou d'équilibre à 65 ans qui crispe les syndicats et qui est toujours présent dans le projet de loi.

"Qu'est-ce qu'on peut constater aujourd'hui, on a un âge d'entrée dans la vie active autour de 22 ans qu'on ait fait ou pas d'ailleurs d'études longues. La réforme Touraine votée en 2014, donc c'est la loi de tous les Français, c'est 43 ans de durée d'activité. Eh bien si on fait 22 ans, âge d'entrée dans la vie active, plus 43 ans, durée prévue pour l'activité, ça fait 65 ans. Donc toutes nos hypothèses sont sur cela. Et nous rappelons qu'en fait ce sont les partenaires sociaux qui proposeront l'âge d'équilibre que le gouvernement prendra ensuite par décret", déclare dans Good Morning Business ce mardi sur BFM Business Laurent Pietraszewski, le secrétaire d'Etat chargé des retraites. 

L'âge de 65 ans ne serait donc qu'une hypothèse? "Absolument", répond ainsi le secrétaire d'Etat. "C'est une hypothèse de travail qui s'appuie sur la réalité constatée".

Avoir des écarts de pensions de 1 à 4

Autre point qui interroge, le coût de cette réforme qui ne fait que gonfler à mesure des exceptions et renoncements acceptés par le gouvernement, un coût estimé à entre 80 et 100 milliards d'euros par BFM Business. 

Sans remettre en cause cette estimation,...

Lire la suite sur BFM Business

A lire aussi