Marchés français ouverture 1 h 18 min
  • Dow Jones

    29 590,41
    -486,29 (-1,62 %)
     
  • Nasdaq

    10 867,93
    -198,87 (-1,80 %)
     
  • Nikkei 225

    26 467,06
    -686,77 (-2,53 %)
     
  • EUR/USD

    0,9633
    -0,0055 (-0,57 %)
     
  • HANG SENG

    17 864,28
    -68,99 (-0,38 %)
     
  • BTC-EUR

    19 507,13
    -343,32 (-1,73 %)
     
  • CMC Crypto 200

    430,61
    -13,93 (-3,13 %)
     
  • S&P 500

    3 693,23
    -64,76 (-1,72 %)
     

Retraites: accélérer le calendrier ? Dilemme au sein de la majorité

Valentina BRESCHI, Cecilia SANCHEZ / AFP

Faut-il réformer les retraites dès cet automne, via le projet de loi de financement de la Sécurité sociale ? L'hypothèse, évoquée lundi par Emmanuel Macron, agite la majorité, avec un groupe Renaissance "divisé" et des alliés discrètement réticents.

L'idée a surgi la semaine dernière, lancée dans l'atmosphère par l'entourage du président. Emmanuel Macron en a confirmé l'éventualité lors d'une rencontre avec la presse: souhaitant une application "dès 2023", il n'a pas exclu que le sujet des retraites soit inclus dans le budget de la Sécu (PLFSS) qui sera présenté le 26 septembre en Conseil des ministres. Une décision qui "appartiendra" au gouvernement, a précisé M. Macron car, s'agissant de la méthode, "les choses importent peu". Dans la foulée, Élisabeth Borne a échangé avec les présidents des groupes et des partis de la majorité. "La Première ministre est très prudente. Elle attend de voir de quel côté va retomber la pièce", observe un cadre de la majorité. Le président a également reçu jeudi matin des députés de la majorité. "Il est important selon lui de faire la réforme dans un climat propice", "tout en étant assez favorable à l'idée d'agir vite", a indiqué un participant. Dès le PLFSS ? "L'arbitrage n'est pas rendu", selon une députée.

Pourquoi cette soudaine hypothèse ? Un quasi-classique en macronie, dont la grande réforme des retraites fut interrompue par l'épidémie de Covid-19 lors du premier quinquennat. Puis, en 2021, rappelle un député, M. Macron avait déjà envisagé de réintroduire le sujet dans le PLFSS pour "donner un signal avant la présidentielle", et entretenir son image de réformiste. Sans suite. Mesure phare de son programme de réélection, la retraite à 65 ans assortie d'un relèvement de la pension minimum à 1.100 euros pour une carrière complète est passée au tamis de la campagne électorale -il s'était dit prêt à "bouger" entre les deux tours- et surtout des législatives, conclues avec la perte de la majorité absolue. Il n'y a désormais plus aucun "tabou", selon le discours de l'exécutif, mais une ligne rouge: les Français doivent travailler d'avantage.

"Nouvelle méthode"

Faut-il utiliser le "véhicule" du PLFSS plutôt qu'un texte spécifique ? Par voie d'amendement ou dans le projet de loi ? [...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi