Marchés français ouverture 5 h 54 min
  • Dow Jones

    35 490,69
    -266,19 (-0,74 %)
     
  • Nasdaq

    15 235,84
    +0,12 (+0,00 %)
     
  • Nikkei 225

    28 763,18
    -335,06 (-1,15 %)
     
  • EUR/USD

    1,1597
    -0,0009 (-0,08 %)
     
  • HANG SENG

    25 628,74
    -409,53 (-1,57 %)
     
  • BTC-EUR

    50 378,94
    -2 395,11 (-4,54 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 394,71
    -79,62 (-5,40 %)
     
  • S&P 500

    4 551,68
    -23,11 (-0,51 %)
     

Retraite : qui serait le plus pénalisé par un allongement de la durée de cotisation ?

·1 min de lecture

La question revient souvent et encore plus à l’approche de la présidentielle : faut-il reporter l’âge légal du départ à la retraite ? 64, 65 ou encore 67 ans, les propositions sont nombreuses. L'argument des défenseurs d’une telle mesure est de maintenir à flot les finances du régime et que, pour cela, il faut que les Français travaillent plus longtemps. Si aujourd’hui l’âge légal reste maintenu à 62 ans, une mesure incite déjà les Français à travailler plus longtemps. C’est ce que l’on appelle la réforme Touraine. Il s’agit d’allonger d’un trimestre toutes les trois générations, la durée d’assurance nécessaire pour obtenir le taux plein.

Ainsi, les générations nées entre 1958 et 1960 doivent cotiser 167 trimestres pour obtenir le taux plein. Un chiffre qui grimpera à 172 trimestres (soit 43 ans) pour ceux nés en 1973 et après. Le conseil d’orientation des retraites (Cor), qui se réunit ce jeudi 14 octobre, a étudié quel pourrait être l’impact de l’allongement de deux ans de cette durée d’assurance pour obtenir le taux plein, soit 45 ans. Dans un document de travail que Capital a consulté, le conseil présente pour ce faire trois cas types : un cadre, un non-cadre et un salarié au Smic. Tous sont nés en 2000, célibataires et sans enfants. Ils sont supposés liquider à taux plein au terme d’une carrière complète. Le cadre commence à travailler à 23 ans, le non-cadre à 21 ans et le salarié au Smic à 19 ans. Avec la législation actuelle (43 années de cotisation pour obtenir le taux (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Temps partiel et retraite : la fin d’une injustice pour les femmes cadres
Retraite Agirc-Arrco : ce que les sous-revalorisations successives vous ont coûté depuis 10 ans
Les retraites complémentaires Agirc-Arrco finalement revalorisées de 1%
Regrouper vos services d’aide et de soins à domicile, une avancée… qui risque de coincer
Minimum vieillesse : un dossier sur quatre comporte au moins une erreur

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles