La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 611,69
    -69,45 (-1,22 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 599,55
    -41,82 (-1,15 %)
     
  • Dow Jones

    30 814,26
    -177,26 (-0,57 %)
     
  • EUR/USD

    1,2085
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 827,70
    -23,70 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    29 937,21
    -160,57 (-0,53 %)
     
  • CMC Crypto 200

    701,93
    -33,21 (-4,52 %)
     
  • Pétrole WTI

    52,04
    -1,53 (-2,86 %)
     
  • DAX

    13 787,73
    -200,97 (-1,44 %)
     
  • FTSE 100

    6 735,71
    -66,25 (-0,97 %)
     
  • Nasdaq

    12 998,50
    -114,14 (-0,87 %)
     
  • S&P 500

    3 768,25
    -27,29 (-0,72 %)
     
  • Nikkei 225

    28 519,18
    -179,08 (-0,62 %)
     
  • HANG SENG

    28 573,86
    +77,00 (+0,27 %)
     
  • GBP/USD

    1,3583
    -0,0108 (-0,79 %)
     

Retraite : ces mauvaises surprises qui pendent au nez de 350.000 auto-entrepreneurs

·1 min de lecture

La douche est plus que froide pour les auto-entrepreneurs exerçant en libéral. D’après un projet de décret, que Capital a pu consulter, il est prévu que leur taux de cotisation soit revu à la hausse. S’ils souhaitent bénéficier d’une retraite complémentaire, ils ne devront plus cotiser à hauteur de 22% de leur chiffre d’affaires mais de 27,1%. “En période de crise, ce n’est pas vraiment le moment d’augmenter des cotisations”, déplore Grégoire Leclercq, président de la Fédération nationale des auto-entrepreneurs (FNAE). Pire, cette première mauvaise nouvelle en cache une deuxième : les auto-entrepreneurs qui croyaient avoir cotisé à une retraite complémentaire ne l’ont pas fait depuis trois ans.

Pour comprendre ce “trou” dans les cotisations, il faut savoir que jusqu’à maintenant s’ils connaissent leur niveau de cotisation (22%) ils n’ont aucune information sur la façon dont elles se répartissent entre les différents risques (maladie, invalidité et vieillesse) mais aussi le paiement de la Contribution sociale généralisée (CSG) et de la Contribution au remboursement de la dette sociale (CRDS). Paradoxe : jusqu’à ce projet de décret, aucun texte ne présentait clairement la répartition de ces cotisations. C’est pourquoi, depuis le 1er janvier 2018 - date à laquelle les auto-entrepreneurs pouvaient décider de quitter la Cipav leur caisse de retraite pour rejoindre le régime de la Sécurité sociale des indépendants - les auto-entrepreneurs libéraux n’ont pas cotisé pour une retraite complémentaire, sans vraiment le savoir. Donc lorsque ce décret sera publié, s’ils veulent le faire, ils devront surcotiser.

>> Notre service Retraite et Prévoyance pour les artisans, commerçants et professionnels libéraux - Confiez à un expert la mission d'auditer vos besoins en Prévoyance/Retraite et de sélectionner le meilleur contrat déductible fiscalement. Vous bénéficierez d'un tarif préférentiel (remise de 20% pour les internautes de Capital)

Pour ceux qui veulent rattraper les cotisations (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Retraite : est-il intéressant de racheter ses trimestres de façon échelonnée ?
Vaccination des plus de 75 ans : quelle organisation pour les personnes dépendantes ?
Pension de réversion et validation de trimestres de retraite : les nouvelles règles en 2021
Plongée sous-marine, musique électro… ces initiatives originales des maisons de retraite pendant la pandémie
Retraite : ce qui va changer en 2021