Marchés français ouverture 3 h 32 min
  • Dow Jones

    33 823,45
    -210,22 (-0,62 %)
     
  • Nasdaq

    14 161,35
    +121,67 (+0,87 %)
     
  • Nikkei 225

    29 107,98
    +89,65 (+0,31 %)
     
  • EUR/USD

    1,1927
    +0,0017 (+0,14 %)
     
  • HANG SENG

    28 724,89
    +166,30 (+0,58 %)
     
  • BTC-EUR

    31 813,65
    -1 019,62 (-3,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    941,53
    -28,35 (-2,92 %)
     
  • S&P 500

    4 221,86
    -1,84 (-0,04 %)
     

Le retrait de Roger Federer met en lumière la fragilité de Roland-Garros

·2 min de lecture

En grande difficulté suite au Covid, la Fédération française de tennis qui a investi 400 millions d’euros dans l’agrandissement de Roland-Garros doit changer son modèle économique pour faire mieux avec moins. Une révolution culturelle.

Roland-Garros n’avait pas besoin de ça. Lundi dernier, la numéro deux mondiale Naomi Osaka annonçait qu’elle se retirait du tournoi parisien pour préserver sa “santé mentale”. Dimanche, . Suite à un match épuisant de plus de 3 heures remporté la veille, le Suisse de 39 ans a décidé de jeter l’éponge. “L’objectif, c’est la saison sur herbe (c’est-à-dire le tournoi de Wimbledon, NDLR)”, a-t-il dit. Le propos a le mérite de la franchise. Mais en se retirant en plein tournoi alors qu’il ne souffre d’aucune blessure, Federer fait une mauvaise manière aux Internationaux de France. Il montre avec une rare cruauté qu’il y a une hiérarchie dans les compétitions du Grand Chelem et que pour lui Roland-Garros n’est qu’une mise en bouche.

Lire aussi

Le tournoi de la Porte d’Auteuil vit une édition 2021 compliquée. Le tennis français a vécu une véritable hécatombe. Pour la première fois depuis les débuts de l’épreuve il y a près d’un siècle, il n’y a plus de joueurs tricolores dès la première semaine de tournoi. A cela s’ajoutent les affres du Covid que les Internationaux subissent pour la deuxième année consécutive. L’an dernier, la compétition qui avait été décalée à l’automne, a vu son chiffre d’affaires divisé par deux à 140 millions d’euros. Certains droits télé en Amérique et en Asie ont été revus à la baisse. La billetterie a chuté lourdement. Tout comme les hospitalités (le fameux Village). Peugeot, Engie et d’autres sponsors ont renoncé à inviter des clients.

Dernier avatar, en prenant ses quartiers en mars, la nouvelle équipe de la Fédération française de tennis s’est retrouvée face à une mauvaise surprise: un manque à gagner de 7 millions d’euros suite à un plan de soutien et de relance à destination des clubs mal calibré qui avait été initié par la précédente gouvernance. Résultat de ces galères, malgré une baisse de 20% des dotations attribuées aux champions, la très prospère FFT a enregistré une perte historique de 92 millions. "Cette année, on sera à nouveau défici[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles