Publicité
Marchés français ouverture 1 h 31 min
  • Dow Jones

    38 647,10
    -65,11 (-0,17 %)
     
  • Nasdaq

    17 667,56
    +59,12 (+0,34 %)
     
  • Nikkei 225

    38 847,99
    +127,52 (+0,33 %)
     
  • EUR/USD

    1,0739
    -0,0003 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    17 976,33
    -136,30 (-0,75 %)
     
  • Bitcoin EUR

    62 204,93
    -697,40 (-1,11 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 421,10
    +8,14 (+0,58 %)
     
  • S&P 500

    5 433,74
    +12,71 (+0,23 %)
     

Retour des maladies infantiles : vaccins obligatoires, recommandés… ce qu’il faut savoir

Illustration Capital générée à l'aide de l'IA

Un rebond aussi inédit que redouté. Plus de 5 800 cas de coqueluche ont déjà été recensés entre janvier et mai selon l’Institut Pasteur. C’est plus de 10 fois plus que sur toute l’année 2023. Cette maladie d’origine bactérienne très contagieuse n’est pas la seule à resurgir à l’approche des Jeux olympiques. La rougeole est elle aussi surveillée comme le lait sur le feu par les autorités sanitaires, cette infection virale, caractérisée par une éruption cutanée, étant remontée en flèche l’an passé. Et pourtant, depuis 2018, la vaccination contre ces deux maladies est obligatoire.

Pour se prémunir du risque épidémique, tous les enfants nés depuis le 1er janvier 2018 doivent en effet être vaccinés contre 11 maladies au lieu de seulement 3 auparavant. La rougeole, les oreillons, la rubéole (ROR), l’hépatite B, la coqueluche, le pneumocoque, le méningocoque C et les infections invasives à Haemophilus influenzae de type B ont ainsi complété la liste des vaccins obligatoires, qui se limitait jusqu’alors à la diphtérie, au tétanos et à la poliomyélite. Et c’est sans compter le vaccin contre la fièvre jaune, obligatoire dès l’âge d’un an pour tout séjour en Guyane, en Guadeloupe, à Saint-Martin, Saint-Barthélémy, en Martinique ou encore à Mayotte.

Long d’une centaine de pages, le calendrier des vaccinations mis à jour chaque année par le ministère de la Santé manque cependant de clarté. Le 25 avril dernier, la Haute autorité de santé (HAS) a même proposé de le simplifier en mettant notamment (...)

(...) Cliquez ici pour voir la suite

Santé des femmes : «La société ne s’y intéresse pas tellement, c'est tabou» (D. Moulu, FemTech)
Grève des contrôleurs aériens : le torchon brûle entre Ryanair et la Commission européenne
Mois des fiertés : comment ces entreprises utilisent la cause LGBTQIA+ à leur avantage ?
Faites-vous partie des Français riches ? Comment renoncer à un héritage… L'actu éco en 120 secondes
Européennes 2024 : voter sans carte électorale, est-ce possible ?