La bourse est fermée
  • CAC 40

    5 598,18
    +31,39 (+0,56 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 527,79
    +16,85 (+0,48 %)
     
  • Dow Jones

    29 910,37
    +37,90 (+0,13 %)
     
  • EUR/USD

    1,1970
    +0,0057 (+0,48 %)
     
  • Gold future

    1 788,10
    -23,10 (-1,28 %)
     
  • BTC-EUR

    15 098,23
    +246,66 (+1,66 %)
     
  • CMC Crypto 200

    333,27
    -4,23 (-1,25 %)
     
  • Pétrole WTI

    45,53
    -0,18 (-0,39 %)
     
  • DAX

    13 335,68
    +49,11 (+0,37 %)
     
  • FTSE 100

    6 367,58
    +4,65 (+0,07 %)
     
  • Nasdaq

    12 205,85
    +111,44 (+0,92 %)
     
  • S&P 500

    3 638,35
    +8,70 (+0,24 %)
     
  • Nikkei 225

    26 644,71
    +107,40 (+0,40 %)
     
  • HANG SENG

    26 894,68
    +75,23 (+0,28 %)
     
  • GBP/USD

    1,3314
    -0,0042 (-0,32 %)
     

Retour vers le futur : les dérapages d'une DeLorean autonome et électrique

Jonathan Sare, Futura
·1 min de lecture

La DeLorean est incontestablement liée à Retour vers le futur. Ce film sorti en 1985 compte de nombreux et fervents fans, dont vraisemblablement certains ingénieurs de l'université de Stanford, aux États-Unis, puisqu’ils ont décidé de modifier cette voiture. Rebaptisée pour l'occasion Marty (Multiple Actuator Research Test bed for Yaw control), ce véhicule modifié est destiné à tester les limites de la conduite autonome dans des situations extrêmes.

Durant leurs recherches, les ingénieurs ont découvert qu’il était possible, grâce à leur algorithme de commande, de sacrifier une part de stabilité pour effectuer des virages plus serrés et éviter ainsi un accident.

Cette approche est relativement novatrice puisqu’elle s’inspire du style de conduite des pilotes de course et va à l’encontre des correcteurs électroniques de trajectoire des véhicules électriques (ou thermiques), qui s’attachent toujours à maintenir leur stabilité quelles que soient les circonstances.

© Stanford University

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura