La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 569,16
    -97,10 (-1,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 083,37
    -74,77 (-1,80 %)
     
  • Dow Jones

    33 290,08
    -533,37 (-1,58 %)
     
  • EUR/USD

    1,1865
    -0,0045 (-0,38 %)
     
  • Gold future

    1 763,90
    -10,90 (-0,61 %)
     
  • BTC-EUR

    30 310,00
    -803,39 (-2,58 %)
     
  • CMC Crypto 200

    888,52
    -51,42 (-5,47 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,50
    +0,46 (+0,65 %)
     
  • DAX

    15 448,04
    -279,63 (-1,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 017,47
    -135,96 (-1,90 %)
     
  • Nasdaq

    14 030,38
    -130,97 (-0,92 %)
     
  • S&P 500

    4 166,45
    -55,41 (-1,31 %)
     
  • Nikkei 225

    28 964,08
    -54,25 (-0,19 %)
     
  • HANG SENG

    28 801,27
    +242,68 (+0,85 %)
     
  • GBP/USD

    1,3809
    -0,0115 (-0,83 %)
     

Retour au musée Carnavalet

·2 min de lecture

Entièrement rénové et repensé, le musée historique de la Ville de Paris rouvre ses portes le 29 mai après plus de quatre ans de fermeture. Dirigé par Valérie Guillaume, l’ancien hôtel de Madame de Sévigné entretient de nombreux liens avec les Parisiennes.

C’est le plus ancien et le plus emblématique des quatorze musées de la Ville de Paris : fermé depuis 2016, Carnavalet rouvre ses portes ce samedi 29 mai, après d’importants travaux de rénovation conduits par le cabinet Chatillon Architectes associé à Snohetta et à l’agence NC Nathalie Crinière. Rebaptisé "musée Carnavalet – Histoire de Paris", il retrace l’histoire de la capitale depuis les temps les plus anciens de la préhistoire, dont témoigne une impressionnante pirogue en chêne du Néolithique, exposée dans de nouveaux espaces créés en sous-sol, jusqu’à la période la plus récente, avec une salle qui évoque les attentats de 2015. Une destination très familiale, avec 10% des 3.800 œuvres exposées présentées à hauteur d’enfant tout au long du parcours.

"C’est un projet participatif et collaboratif, avec une conception globale complexe", souligne Valérie Guillaume, la directrice du musée, historienne passée par le Centre Pompidou, où elle a notamment travaillé sur l’architecture, l’urbanisme, le design et les perspectives industrielles. Installé dès sa création en 1880 par le baron Haussmann, préfet de la Seine, dans l’hôtel particulier où habita la marquise de Sévigné entre 1677 et 1696, il a été relié en 1989 à l’hôtel voisin Le Peletier de Saint-Fargeau. On peut toujours y admirer les célèbres collections de la Révolution française, qui ont fait la réputation du musée, mais aussi des pièces du Moyen-Âge ou de la période classique.

Ambiances parisiennes

Les appartements de Madame de Sévigné, connue pour les quelque 700 lettres écrites à sa fille, Madame de Grignan, dans lesquelles elle chroniquait la vie à Paris et à Versailles, ont été reconstitués et ornés du portrait l’épistolière par Claude Lefèbvre. Dans un auditorium, on peut d’ailleurs s’assoir pour écouter en toute tranquillité certains de ces petits chefs d’œuvre écrits pour sa fille exilée loin de Paris. Différentes ambiances parisiennes sont proposées au fil du parcours. On découvrira ainsi la chambre[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles