Marchés français ouverture 3 h 9 min
  • Dow Jones

    34 838,16
    -97,31 (-0,28 %)
     
  • Nasdaq

    14 681,07
    +8,39 (+0,06 %)
     
  • Nikkei 225

    27 586,70
    -194,32 (-0,70 %)
     
  • EUR/USD

    1,1878
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    26 050,23
    -185,57 (-0,71 %)
     
  • BTC-EUR

    32 495,72
    -1 298,51 (-3,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    939,79
    -21,11 (-2,20 %)
     
  • S&P 500

    4 387,16
    -8,10 (-0,18 %)
     

Les restes d'un homme attaqué par un requin... il y a 3.000 ans

·1 min de lecture

La scène se passe il y a environ 3.000 ans, entre 1370 et 1010 avant Jésus-Christ au Japon. Un chasseur-cueilleur de l'époque Jōmon, probablement en train de pêcher, est attaqué par un requin dans le Mer intérieure de Seto. Ses blessures lui sont fatales. Des chercheurs de l'université d'Oxford, travaillant en collaboration avec l'université de Kyoto, ont retrouvé ses restes sur le site archéologique de Tsukumo. Si les attaques de requin sont rares de nos jours, les preuves archéologiques de tels événements le sont encore plus. Cet homme, baptisé No24, est la plus ancienne victime d'une attaque de requin connu des scientifiques. Son histoire est détaillée dans une publication du Journal of Archeological Science.

Les restes de Tsukumo 24, victime d'une attaque de requin pendant la période Jōmon au Japon. © Université de Kyoto
Les restes de Tsukumo 24, victime d'une attaque de requin pendant la période Jōmon au Japon. © Université de Kyoto

Une attaque de requin antique

Lors de l'exhumation des restes de No24, les archéologues ont été surpris par le nombre de blessures du défunt. Au total, 790 lésions et traumatismes ont été relevés sur le squelette, concentrés au niveau des bras, des jambes et du tronc. Par ailleurs, No24 a perdu sa jambe gauche et sa main droite. Par le nombre impressionnant de blessures et leurs caractéristiques, les archéologues en ont déduit que cet homme adulte a succombé à une attaque de requin.

Pourquoi il ne faut pas avoir peur des requins ?

« Compte tenu des blessures, il a clairement été victime d'une attaque de requin. L'homme pêchait peut-être avec des compagnons à l'époque, puisqu'il a été récupéré rapidement. Et, sur la base du caractère et de la distribution des marques de dents, l'espèce la plus probablement responsable était soit un requin-tigre, soit un requin blanc. » expliquent J. Alyssa White et Rick Shulting, les deux scientifiques d'Oxford à l'origine de la trouvaille.

Les événements qui ont déclenché l'attaque restent inconnus. À la période Jōmon, les humains exploitaient beaucoup les ressources marines. Peut-être que No24 a été directement...

> Lire la suite sur Futura

À lire aussi sur Futura

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles