Marchés français ouverture 4 h 8 min
  • Dow Jones

    34 060,66
    -267,13 (-0,78 %)
     
  • Nasdaq

    13 303,64
    -75,41 (-0,56 %)
     
  • Nikkei 225

    28 008,09
    -398,75 (-1,40 %)
     
  • EUR/USD

    1,2228
    +0,0001 (+0,01 %)
     
  • HANG SENG

    28 593,81
    +399,72 (+1,42 %)
     
  • BTC-EUR

    33 458,20
    -3 649,63 (-9,84 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 137,87
    -115,27 (-9,20 %)
     
  • S&P 500

    4 127,83
    -35,46 (-0,85 %)
     

Restaurants clandestins : entre soutien et condamnation, la profession divisée sur les ouvertures illégales

Sandrine Etoa-Andegue
·1 min de lecture

Ils étaient 110 à se rassembler lors d'une soirée dans un restaurant du 19e arrondissement de Paris vendredi 9 avril, des dizaines d'autres sanctionnés pour avoir déjeuné dans un restaurant de Saint-Ouen. Depuis quelques jours, la polémique enfle sur ces restaurants ouverts en toute illégalité en plein confinement, quand d'autres établissements sont fermés depuis fin octobre. Trois cents contraventions pour ouverture irrégulière ont été dressées contre des établissements, sur un total de 7 345 restaurants contrôlés à Paris depuis le 30 octobre.

>> Dîners clandestins ou soirées privées entre amis ? On vous explique comment la loi les distingue

À Paris, le chef Benoît Gauthier parvient à tenir depuis un an grâce à la vente à emporter de ses spécialités du Sud-Ouest. "Plus que de s'en sortir, là c'est de la survie", se désole-t-il. Il possède deux restaurants dans le 15e arrondissement de Paris, mais face aux restrictions sanitaires, il a du s'adapter. "C'est assez compliqué, un peu comme tout le monde. Du coup, on tourne avec un restaurant sur deux ouvert. C'est vrai que l'Etat nous a mis quelques aides en place. Suivant le temps que ça va durer, ça va être assez compliqué."

Au sujet des restaurants clandestins, Benoît Gauthier assure qu'il "comprend ceux qui prennent le risque de faire ça". Il prend notamment son cas personnel : "On avait mis en place plein de mesures de sécurité, la distanciation, le gel, et on nous ferme alors que plein de cantines ou de restaurants (...)

Lire la suite sur Franceinfo

A lire aussi