Marchés français ouverture 7 h 54 min
  • Dow Jones

    34 269,16
    -473,66 (-1,36 %)
     
  • Nasdaq

    13 389,43
    -12,43 (-0,09 %)
     
  • Nikkei 225

    28 608,59
    -909,71 (-3,08 %)
     
  • EUR/USD

    1,2149
    +0,0015 (+0,12 %)
     
  • HANG SENG

    28 013,81
    -581,89 (-2,03 %)
     
  • BTC-EUR

    46 549,28
    +96,85 (+0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 513,93
    +1 271,26 (+523,84 %)
     
  • S&P 500

    4 152,10
    -36,33 (-0,87 %)
     

A quoi ressemblera le futur siège d'Interparfums (et ex-siège du PS...)

·2 min de lecture

Le Dix Solférino est remis à niveau par l'architecte Jean-Paul Vigier. Cet immeuble iconique du VIIème arrondissement à Paris a successivement abrité le duc Albert de Broglie (Saint-Gobain), des syndicats de gauche, le ministère de la propagande de Vichy, et a été, à partir de 1980, le siège du parti socialiste, qui l'a revendu en 2017. Visite guidée avec les PDG d'interparfums (le nouveau propriétaire) et d'Apsys (le promoteur) de cet ensemble qui intègre tous les nouveaux codes des bureaux de l'Après-Covid...

C’est une belle leçon de management... Comment transformer un siège vieillissant mais iconique en QG mondial d’un groupe en plein essor ? C’est ce qu'est en train de vivre l’ex-siège du Parti Socialiste, le fameux 10, rue de Solférino, qui devient dans cette mutation le Dix Solférino. Il avait été vendu en 2017 par un PS démoralisé par son échec électoral, et désargenté par la fuite de ses militants et de ses élus. C’est Apsys, un promoteur plus habitué aux centres commerciaux qu’aux beaux hôtels particulier du VIIème arrondissement de Paris, qui l’avait acheté. Pour 45 millions d’euros. Depuis, il a tout refait, gratté, rénové, poli et lustré, du sol au plafond. Et il a transformé cet immeuble mal entretenu et laissé à la dérive depuis des années en ensemble à la pointe de la modernité, prêt pour une utilisation post-Covid.

Un propriétaire qui a du nez

En janvier prochain, c’est le groupe Interparfums qui y emménagera. Le concepteur de parfums sous licence n’a pas hésité à casser sa tirelire - 125 millions d’euros quand même - pour venir s’y installer. "Les équipes d’Interparfums étaient dispersés dans plusieurs immeubles du 8ème arrondissement, mais je n’avais jamais pensé traverser la Seine pour chercher dans le VIIème arrondissement… jusqu’à ce que je visite ce bâtiment !" avoue Philippe Bénacin, le cofondateur du concepteur-distributeur de parfums. Interparfums en a les moyens : malgré un chiffre d’affaires en baisse de 20% l’an dernier, à 365 millions d’euros, le groupe affiche une trésorerie replète et une rentabilité très élevée, de l’ordre de 12%. Et il vaut presque 3 milliards d’euros en bourse (+52% sur un an) ! En l’espace d’une visite, le 10, Solférino est devenu le futur son siège mondial du groupe. Un siège prestigieux, moderne et qui intègre parfaitement les nouveaux codes post-Covid. L’inauguration devrait avoir lieu en octobre prochain. Mais en avant-première, Maurice Bansay, le président d’Apsys et Philippe Bénacin, le PDG co-fondateur d’Interpar[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi