Marchés français ouverture 8 h 23 min
  • Dow Jones

    35 294,76
    +382,20 (+1,09 %)
     
  • Nasdaq

    14 897,34
    +73,91 (+0,50 %)
     
  • Nikkei 225

    29 068,63
    +517,70 (+1,81 %)
     
  • EUR/USD

    1,1606
    +0,0005 (+0,05 %)
     
  • HANG SENG

    25 330,96
    +368,37 (+1,48 %)
     
  • BTC-EUR

    52 541,70
    -110,27 (-0,21 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 464,06
    +57,32 (+4,07 %)
     
  • S&P 500

    4 471,37
    +33,11 (+0,75 %)
     

La reprise vigoureuse en Inde fait monter la confiance des consommateurs mondiaux à un niveau record au troisième trimestre, mais l'optimisme est à la baisse dans d'autres marchés clés en raison de la propagation du variant Delta

·7 min de lecture

NEW YORK, 13 octobre 2021 /PRNewswire/ -- La confiance des consommateurs à l'échelle mondiale a atteint un nouveau record au troisième trimestre de 2021, selon l'enquête mondiale sur a confiance des consommateurs : The Conference Board® Global Consumer Confidence Survey. Cependant, les gains du troisième trimestre ont été alimentés en grande partie par un puissant rebond en Inde — le premier pays paralysé par la vague du variant delta plus tôt cette année. D'autres grandes économies ont toutefois été impactées, le variant viral hautement infectieux ayant eu un effet sur la croissance.

Dans l'ensemble, la confiance des consommateurs à l'échelle mondiale a augmenté et été notée à 115 au troisième trimestre 2021, comparativement à un score de 109 au deuxième trimestre. (Un score supérieur à 100 est considéré comme positif.) La confiance a augmenté dans 40 des 65 marchés interrogés (62 %), grâce à une hausse de 57 points en Inde. Si l'Inde avait été exclue, l'indice mondial de confiance des consommateurs aurait chuté, passant d'un score de 108 au deuxième trimestre à un score de 106 au troisième trimestre. Les grandes économies, y compris les États-Unis, la Chine, le Mexique, l'Australie, une grande partie de l'Europe de l'Est et plusieurs petits marchés émergents d'Asie, ont tous vu leur confiance diminuer car le variant Delta a alimenté de nouveaux blocages, des fermetures d'usines, des perturbations de la chaîne d'approvisionnement, ainsi que des pressions inflationnistes accrues, et retardé la reprise du marché du travail.

« Bien que la confiance des consommateurs demeure historiquement élevée à l'échelle mondiale, la faiblesse régionale liée au variant Delta assombrit les perspectives de dépenses et de relance économique pour le reste de l'année 2021 », a déclaré Dana Peterson, économiste en chef de The Conference Board. « Malgré ces reculs, les intentions de dépenses des consommateurs, les perspectives d'emploi et les finances personnelles demeurent élevées et indiquent une reprise continue jusqu'en 2022, année pour laquelle nous prévoyons une croissance du PIB mondial de 3,9 %, soit un point de pourcentage supérieur à la moyenne à la suite de la grande récession (2011-2019). »

La forte divergence de confiance régionale du 3e trimestre suit de près la propagation du variant Delta, l'Inde ouvrant la voie avec optimisme après avoir été l'épicentre de la pandémie, plus tôt en 2021 :

  • L'Asie a connu la plus forte hausse de confiance de toutes les régions (+11 points pour atteindre 126 points) au troisième trimestre. Ces chiffres prometteurs ont toutefois été alimentés presque entièrement par la reprise en Inde. Dans l'ensemble, 8 marchés asiatiques sur 14 ont vu leur confiance baisser, y compris la Chine, l'Australie et la Corée du Sud. Les perspectives d'emploi se sont érodées en Australie, au Japon et en Corée du Sud, mais dans l'ensemble, elles sont restées positives pour la région. Dans des marchés comme l'Indonésie, le Japon, la Corée du Sud et la Thaïlande, les perspectives des consommateurs concernant leurs finances personnelles ont diminué. Les intentions de dépenses des consommateurs se sont détériorées dans des marchés comme l'Australie, la Chine, l'Indonésie et la Corée du Sud.

  • Les consommateurs nord-américains, de même que le Conseil de coopération du Golfe (CCG), demeurent dans l'ensemble parmi les plus confiants. Toutefois, les indicateurs de confiance en Amérique du Nord et dans le CCG se sont quelque peu repliés par rapport aux records du trimestre précédent, les consommateurs des États-Unis (−4 points pour descendre à un score de 123 points) et de l'Arabie saoudite (−8 points pour descendre à un score de 122 points), les deux plus grands marchés de ces régions, étant moins optimistes en raison de la nouvelle menace virale. Aux États-Unis, le déclin du variant Delta pourrait avoir été exacerbé par la fin des allocations de chômage. Toutefois, un marché du travail tendu et une hausse accélérée des salaires contribueront probablement à atténuer les préoccupations en matière d'emploi à court terme.

  • La confiance a augmenté en Europe (+1 point pour atteindre un score de 93 points). La confiance a diminué en Europe de l'Est, tandis que le tableau était mitigé dans les grandes économies d'Europe occidentale : Les marchés du Nord (p. ex., France, Allemagne, Royaume-Uni) ont enregistré peu ou pas d'amélioration de la confiance des consommateurs mais les marchés du Sud (p. ex., Italie, Portugal, Espagne) ont affiché des résultats plus élevés. Dans l'ensemble de la région, les perspectives d'emploi ont continué d'être un frein majeur à la confiance, tandis que les consommateurs européens restaient modérément optimistes quant aux perspectives de leurs finances personnelles. Les intentions de dépenses ont encore diminué au troisième trimestre, la Russie affichant la plus forte baisse. Toutefois, dans certaines grandes économies européennes comme l'Allemagne et le Royaume-Uni, les consommateurs sont restés optimistes quant aux dépenses.

  • La confiance a augmenté dans la plupart des pays d'Amérique latine au troisième trimestre (+5 points pour atteindre 98 points), à l'exception du Mexique et du Pérou. Les perspectives d'emploi et les finances personnelles dans la région se sont nettement améliorées, tandis que les intentions de dépenses ont affiché une légère hausse. Malgré cette amélioration, les consommateurs sont restés pessimistes quant aux perspectives d'emploi et aux dépenses. En conséquence, les intentions d'épargne étaient élevées, suggérant un niveau accru de prudence. Une baisse des infections par la COVID-19 indique des perspectives favorables sur le court terme au cours des prochains mois. Toutefois, les politiques de resserrement monétaire et budgétaire à venir pourraient assombrir les perspectives pour 2022, d'autant plus que le chômage et l'inflation demeurent élevés.

Les inquiétudes liées à la récession ont légèrement augmenté au troisième trimestre après avoir chuté considérablement plus tôt cette année, tandis que l'inflation et le climat ont occupé une importance croissante au cœur des préoccupations des consommateurs.

  • La proportion de consommateurs mondiaux qui croyaient que leur pays était en récession a augmenté de 1 ppt pour atteindre 61 % au troisième trimestre. Il s'agit d'une baisse marquée par rapport au niveau record de 86 % atteint lors de la pandémie, mais cela indique que, même si la récession liée à la COVID-19 a pris fin en 2020 dans la plupart des grandes économies, de nombreux consommateurs estiment le contraire. Cette déconnexion peut être due en partie à la reprise continue de l'emploi, qui a tendance à retarder la reprise de la production. Toutefois, 45 % des consommateurs s'attendaient à ce que leur économie soit sortie de la récession en 12 mois.

  • Au cours des six prochains mois, la santé a continué de figurer en tête de liste des plus grandes préoccupations des consommateurs à l'échelle mondiale car le variant Delta s'est répandu dans le monde entier. Toutefois, le pourcentage de répondants ayant cette préoccupation (22 %) a légèrement diminué, possiblement à mesure que les campagnes de vaccination se sont accélérées dans les régions en retard, notamment en Asie et en Amérique latine.

  • L'économie (16 %) et la sécurité d'emploi (12 %) demeurent des questions hautement prioritaires. Les nouvelles perturbations dans la production des usines, les chaînes d'approvisionnement, les déplacements, les dépenses en services en personne et la vie quotidienne ont probablement suscité de fortes inquiétudes pour la reprise économique. De nombreuses régions ont notamment observé que la renaissance du marché du travail, qui s'est produite plus tôt cette année, a ralenti, voire s'est arrêtée alors que l'embauche et les services en présentiel ont subi des revers en raison de la résurgence du variant Delta.

  • Entre-temps, les inquiétudes au sujet de la hausse des prix (10 %) et du réchauffement planétaire (7 %) ont continué de s'accentuer. En particulier, la proportion de consommateurs préoccupés par le climat a plus que doublé au cours de la dernière année, presque toutes les régions enregistrant une hausse. Les inquiétudes liées à l'inflation se sont intensifiées en Amérique latine, en Afrique et au Moyen-Orient, et, dans une moindre mesure, en Europe.

À propos de The Conference Board
The Conference Board est un groupe de réflexion dirigé par ses membres qui fournit des informations fiables pour l'avenir. Fondée en 1916, The Conference Board est une entité non partisane et à but non lucratif bénéficiant du statut 501 (c) (3) d'exonération fiscale aux États-Unis. www.conference-board.org.

Logo - https://mma.prnewswire.com/media/624268/The_Conference_Board_Logo.jpg

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles