La bourse ferme dans 2 h 42 min
  • CAC 40

    6 544,66
    +72,31 (+1,12 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 771,62
    +46,23 (+1,24 %)
     
  • Dow Jones

    32 803,47
    +76,67 (+0,23 %)
     
  • EUR/USD

    1,0201
    +0,0014 (+0,13 %)
     
  • Gold future

    1 798,30
    +7,10 (+0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    23 645,29
    +842,48 (+3,69 %)
     
  • CMC Crypto 200

    563,44
    +28,21 (+5,27 %)
     
  • Pétrole WTI

    87,92
    -1,09 (-1,22 %)
     
  • DAX

    13 721,59
    +147,66 (+1,09 %)
     
  • FTSE 100

    7 487,60
    +47,86 (+0,64 %)
     
  • Nasdaq

    12 657,55
    -63,04 (-0,50 %)
     
  • S&P 500

    4 145,19
    -6,75 (-0,16 %)
     
  • Nikkei 225

    28 249,24
    +73,37 (+0,26 %)
     
  • HANG SENG

    20 045,77
    -156,17 (-0,77 %)
     
  • GBP/USD

    1,2120
    +0,0050 (+0,41 %)
     

La reprise des exportations de céréales d'Ukraine est "une question de vie ou de mort", affirme Borrell

La reprise des exportations de céréales depuis l'Ukraine est une "question de vie ou de mort" et nous avons "espoir" qu'un accord soit trouvé cette semaine pour débloquer le port d'Odessa, a déclaré lundi le chef de la diplomatie européenne, Josep Borrell.

"La vie de (...) dizaines de milliers de personnes dépend de cet accord" en train d'être négocié entre la Russie, l'Ukraine, la Turquie et les Nations Unies, a-t-il expliqué à son arrivée à Bruxelles pour une réunion des ministres des Affaires étrangères de l'UE consacrée à la guerre en Ukraine.

Le projet d'accord vise à faire sortir par la mer Noire quelque 20 millions de tonnes de céréales bloquées dans des silos ukrainiens à cause de l'offensive menée par Moscou.

Il doit aussi faciliter les exportations russes de céréales et d'engrais, affectées par les sanctions occidentales qui frappent les chaînes logistiques et financières russes.

La Russie a annoncé un "document final" pour une réunion organisée cette semaine par la Turquie.

L'Union européenne entend poursuivre sa pression sur Moscou avec de nouvelles sanctions ainsi qu'un soutien financier et militaire à l'Ukraine, a annoncé Josep Borrell.

"Certains dirigeants européens ont déclaré que les sanctions étaient une erreur, une faute. Je ne pense pas que ce soit une erreur, c'est ce que nous devons faire, et nous continuerons à le faire", a-t-il affirmé en réponse à une déclaration du Premier ministre hongrois, Viktor Orban.

Ce dernier avait dénoncé les sanctions vendredi, y voyant "une erreur" car "elles n'ont pas atteint leur but, et ont même eu un effet contraire". "L'économie européenne s'est tiré une balle dans les poumons et est asphyxiée", avait-il affirmé dans une allocution.

La Commission européenne a présenté vendredi de nouvelles mesures, dont un embargo sur les achats d'or à la Russie.

Les ministres doivent par ailleurs se prononcer sur le déblocage d'une cinquième tranche de 500 millions d'euros de la "Facilité européenne pour la paix" pour financer les équipements militaires et les armes fournies à l'Ukraine.

csg/aro/abx

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles