La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 677,64
    +30,33 (+0,46 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    3 942,62
    +21,35 (+0,54 %)
     
  • Dow Jones

    33 504,96
    -276,52 (-0,82 %)
     
  • EUR/USD

    1,0537
    -0,0022 (-0,21 %)
     
  • Gold future

    1 808,70
    +7,20 (+0,40 %)
     
  • BTC-EUR

    16 257,67
    -194,36 (-1,18 %)
     
  • CMC Crypto 200

    402,79
    -3,45 (-0,85 %)
     
  • Pétrole WTI

    71,53
    +0,07 (+0,10 %)
     
  • DAX

    14 370,72
    +106,16 (+0,74 %)
     
  • FTSE 100

    7 476,63
    +4,46 (+0,06 %)
     
  • Nasdaq

    11 016,07
    -65,94 (-0,59 %)
     
  • S&P 500

    3 936,88
    -26,63 (-0,67 %)
     
  • Nikkei 225

    27 901,01
    +326,58 (+1,18 %)
     
  • HANG SENG

    19 900,87
    +450,64 (+2,32 %)
     
  • GBP/USD

    1,2260
    +0,0022 (+0,18 %)
     

Reprise des bombardements de la coalition sur Sanaa

LE CAIRE (Reuters) - La coalition mise en place par l'Arabie saoudite au Yémen a bombardé mardi la capitale, Sanaa, pour la première fois en cinq mois, tuant au moins 13 personnes, a-t-on appris de sources médicales et auprès d'habitants. Les frappes aériennes ont touché des installations présidentielles et une base militaire, de même qu'un site de la Garde républicaine proche de l'aéroport. Les services de secours ont avancé un bilan de 13 morts, en grande majorité des femmes qui travaillaient dans une usine fabriquant des chips située dans l'enceinte d'une base logistique de l'armée dans le quartier de Nahda. L'agence de presse des Houthis, qui contrôlent Sanaa, parle de sept morts, dont cinq femmes, et 13 blessés. La coalition saoudienne a parallèlement contraint à la suspension pour 72 heures de tous les vols à destination de l'aéroport international de la capitale, rapportent les habitants. Sanaa est depuis septembre 2014 aux mains des milices chiites Houthis, que combat la coalition saoudienne depuis mars 2015. Cette reprise des raids aériens contre Sanaa fait suite à l'échec, ce week-end, des pourparlers de paix menés sous médiation des Nations unies. Selon des habitants et les médias locaux, des frappes aériennes ont aussi visé mardi la ville portuaire d'Hodeida et d'autres régions du Yémen. (Mohammed Ghobari, Henri-Pierre André et Tangi Salaün pour le service français)