La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 823,87
    -292,53 (-0,83 %)
     
  • Nasdaq

    14 773,08
    +11,78 (+0,08 %)
     
  • Nikkei 225

    27 584,08
    -57,75 (-0,21 %)
     
  • EUR/USD

    1,1843
    -0,0025 (-0,21 %)
     
  • HANG SENG

    26 426,55
    +231,73 (+0,88 %)
     
  • BTC-EUR

    33 337,59
    +614,96 (+1,88 %)
     
  • CMC Crypto 200

    974,34
    +47,58 (+5,13 %)
     
  • S&P 500

    4 407,33
    -15,82 (-0,36 %)
     

La reprise britannique profitera aussi aux salaires les plus bas

·2 min de lecture

Le Royaume-Uni subit une forte pénurie de main-d’œuvre. La faute, notamment, à la politique migratoire issue du Brexit.

Avec la réouverture des magasins, des restaurants et des hôtels britanniques, les besoins en personnel ont fortement augmenté. Or, les patrons se plaignent d’une pénurie de main-d’œuvre. Pour l’instant, le manque de personnel ne s’est pas traduit par une progressison des salaires. Mais cela pourrait changer. Pour les chefs d’entreprise habitués jus­qu’alors à embaucher quand ils le veulent et au salaire qu’ils veulent, les usa­ges vont bouger. Chez le recruteur en ligne Indeed, on observe, par exemple, que le tarif horaire moyen d’un préparateur culinaire est passé de 10,80 à 11 euros depuis le début de l’année.

La reprise post-pandémie n’explique pas à elle seule la pénurie de personnel. On en ignore le nombre exact, mais de nombreux migrants ont quitté le pays. Un coup dur pour les entreprises qui dépendent du travail saisonnier, ou qui opèrent dans des secteurs à faibles salaires et à longues heures de travail. A moins d’être ajusté par le gouvernement, le régime d’immigration post-Brexit va continuer à réduire le nombre de travailleurs mal payés réussissant à entrer au Royaume-Uni.

Hausse du plancher des rémunérations

La participation des seniors au marché du travail a aussi diminué, probablement parce que la récession a incité beaucoup de plus de 60 ans à partir en retraite anticipée. Cependant, la plupart de ces problèmes devraient se résoudre dans les prochains mois. "Depuis le Brexit, quelque 5 millions de ressortissants européens ont sollicité un statut de résident permanent au Royaume-Uni, déclare Martin Beck, d’Oxford Economics. Et la majorité des prévisionnistes anticipent une hausse du chômage dans les mois à venir, une fois que les mesures de soutien seront supprimées.

Pourtant, même si les emplo­yeurs se retrou­vent à nouveau en position de force sur le marché de l’emploi, les travailleurs devraient bénéficier d’une hausse du plancher des rémunérations. Les Britanniques pauvres viennent de vivre une année éprouvante. Ils ont été les premiers à voir le[...]

Lire la suite sur challenges.fr

A lire aussi

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles