Marchés français ouverture 6 min
  • Dow Jones

    35 911,81
    -201,79 (-0,56 %)
     
  • Nasdaq

    14 893,75
    +86,95 (+0,59 %)
     
  • Nikkei 225

    28 257,25
    -76,27 (-0,27 %)
     
  • EUR/USD

    1,1409
    -0,0001 (-0,01 %)
     
  • HANG SENG

    24 035,69
    -182,34 (-0,75 %)
     
  • BTC-EUR

    36 891,11
    -874,73 (-2,32 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 009,58
    -16,15 (-1,57 %)
     
  • S&P 500

    4 662,85
    +3,82 (+0,08 %)
     

Reportage exclusif: le port de Beyrouth, 16 mois après la double explosion

·2 min de lecture

LE LIBAN, 16 MOIS APRES L'EXPLOSION DU PORT DE BEYROUTH (2/6) - Alors que l'explosion, qui a causé 215 morts et 6.500 blessés dans le port de Beyrouth, fait toujours l'objet d'une enquête, le lieu de la catastrophe est interdit au public. Challenges a eu l'autorisation exceptionnelle de pénétrer ce champ de ruines, que les Libanais appellent leur "ground zéro".

Placé sous la responsabilité de l’armée, des services secrets et des douanes, c’est un tas de ruines et un lieu de désolation parmi les mieux gardés au monde. Seize mois après la double explosion du 4 août 2020, qui a fait 215 morts, 6.500 blessés et causé au moins quatre milliards de dollars de dégâts, selon la Banque mondiale, le port de Beyrouth est toujours en lambeaux et inaccessible. Des hommes lourdement armés en interdisent l’accès.

Amas de ruines du port de Beyrouth.

Malgré la nomination d’un juge, l’enquête piétine. Personne n’est (encore) capable de répondre aux questions par la communauté des expatriés, le plus fort depuis Nagasaki, qui a été ressenti jusqu’à Chypre, à 200 kilomètres de là. Pourquoi 2.750 tonnes de nitrates étaient-ils stockés dans le hangar 12 depuis plusieurs années ? Qui était au courant ? Que savait le gouvernement ? Accident ? Attentat ? Qui, alors, serait responsable ? Des réseaux de contrebande, la mafia, le Hezbollah ? L’incurie des élus ? Alors que les rumeurs continuent de courir dans la capitale libanaise, Challenges a eu l’autorisation exceptionnelle de se rendre sur le lieu de la catastrophe. Reportage au milieu de cet amas de débris, de tôles, de rats morts, de voitures et camions écrabouillés, d’enchevêtrement de containers, dont on a l’impression qu’ils ont été froissés, aussi facilement que l’on chiffonne une feuille de papier.

Les silos menacent de s'écrouler, à leurs pieds, un reste de container du "cirque du Liban"

En arrivant dans ce qui fut un des ports les plus actifs de la Méditerranée, comment ne pas penser à New York et aux souvenirs du 11 septembre ? Si au loin, on devine les seize grues géantes, dont douze fonctionnent à nouveau, on aperçoit, à fleur d’eau, les fameux silos à grains éventrés, dont les vestiges branlants sont devenus un des nouveaux emblèmes de Beyrouth.

Les désormais célèbres silos à grains du port de Beyrouth menacent de s'effondrer.

Ils avaient une capacité de 120.000 tonnes et servaient[...]

Lire la suite sur challenges.fr

Liban: Le juge Bitar va pouvoir reprendre son enquête sur le port de BeyrouthLe port de Beyrouth a eu la "chance" d'échapper à d'autres explosions, selon une société allemandeDes tonnes de nitrate d'ammonium stockées des années dans le port de BeyrouthLarmes et colère dans les rues de Beyrouth, un an après l'explosion au portAprès l'explosion dans le port de Beyrouth, des silos devront être détruits

Notre objectif est de créer un endroit sûr et engageant pour que les utilisateurs communiquent entre eux en fonction de leurs centres d’intérêt et de leurs passions. Afin d'améliorer l’expérience dans notre communauté, nous suspendons temporairement les commentaires d'articles