La bourse est fermée
  • CAC 40

    6 600,66
    +54,17 (+0,83 %)
     
  • Euro Stoxx 50

    4 126,70
    +30,63 (+0,75 %)
     
  • Dow Jones

    34 479,60
    +13,36 (+0,04 %)
     
  • EUR/USD

    1,2107
    -0,0071 (-0,58 %)
     
  • Gold future

    1 879,50
    -16,90 (-0,89 %)
     
  • BTC-EUR

    29 406,89
    -1 367,83 (-4,44 %)
     
  • CMC Crypto 200

    924,19
    -17,62 (-1,87 %)
     
  • Pétrole WTI

    70,78
    +0,49 (+0,70 %)
     
  • DAX

    15 693,27
    +122,05 (+0,78 %)
     
  • FTSE 100

    7 134,06
    +45,88 (+0,65 %)
     
  • Nasdaq

    14 069,42
    +49,09 (+0,35 %)
     
  • S&P 500

    4 247,44
    +8,26 (+0,19 %)
     
  • Nikkei 225

    28 948,73
    -9,83 (-0,03 %)
     
  • HANG SENG

    28 842,13
    +103,25 (+0,36 %)
     
  • GBP/USD

    1,4117
    -0,0060 (-0,42 %)
     

Le repli des actions et la hausse des rendements se poursuivent

·4 min de lecture
LES BOURSES EUROPÉENNES RECULENT À MI-SÉANCE

PARIS (Reuters) - Wall Street s'achemine vers sa quatrième séance consécutive de baisse et les Bourses européennes reculent à mi-séance jeudi, le spectre d'un retour de l'inflation continuant d'alimenter l'aversion au risque.

Les contrats à terme sur les principaux indices new-yorkais signalent une ouverture en baisse de 0,57% pour le Dow Jones, de 0,38% pour le Standard & Poor's 500 et de 0,27% pour le Nasdaq.

Ce dernier a perdu 2,67% mercredi, le S&P-500 2,14% et le Dow 1,99%.

À Paris, le CAC 40 perd 1,12% à 6.208,97 points vers 10h45 GMT après être tombé en matinée à 6.150,43, au plus bas depuis le 8 avril. A Londres, le FTSE 100 cède 2,07% et à Francfort, le Dax recule de 1,43%.

L'indice EuroStoxx 50 est en baisse de 1,46%, le FTSEurofirst 300 de 1,54% et le Stoxx 600 de 1,27%.

Les investisseurs ont mal accueilli l'annonce mercredi d'une accélération marquée de la hausse des prix à la consommation en avril aux Etats-Unis, à 4,2% en rythme annuel, qui a ravivé les craintes d'un resserrement plus rapide qu'anticipé de la politique monétaire de la Réserve fédérale et fait remonter les rendements obligataires.

Ce climat favorise la volatilité: l'indice mesurant celle de l'EuroStoxx 500, bondit de 9,81% à 26,29, est au plus haut depuis fin février.

Les volumes sont réduits sur plusieurs places européennes par l'absence d'une partie des investisseurs en ce jour férié de l'Ascension mais les marchés surveilleront à 12h30 GMT les chiffres américains des inscriptions au chômage et des prix à la production.

Le mouvement général de baisse des actions est par ailleurs amplifié par le repli des cours de nombreux métaux de base et du pétrole.

VALEURS EN EUROPE

En Europe, tous les grands secteurs de la cote sont dans le rouge mais la plus forte baisse à mi-séance est pour le compartiment des matières premières, dont l'indice Stoxx cède 3,83%, tandis que celui de l'énergie abandonne 2,3%.

A Paris, ArcelorMittal perd 3,06%, Total 2,32%, Eramet 4,69% et TechnipFMC 4,92%.

Dans l'actualité des résultats, le groupe de luxe britannique Burberry chute de 7,87% après avoir publié des ventes jugées décevantes et expliqué que ses investissements risquaient de peser sur ses marges.

Parmi les rares hausses marquantes du jour, Telefonica gagne 1,99% après des trimestriels en ligne avec les attentes.

TAUX

La remontée soutenue des rendements obligataires américains après les chiffres de l'inflation aux Etats-Unis continue de se propager aux marchés européens: le rendement du Bund allemand à dix ans est repassé au-dessus de -0,1% pour la première fois depuis mais 2019, en hausse de plus de trois points de base sur la journée.

Son équivalent français, lui, prend près de quatre points à 0,289 %, un niveau qu'il n'avait plus atteint depuis près de 14 mois.

Le dix ans américain, à 1,6949%, affiche désormais près de 15 points de hausse en une semaine.

CHANGES La remontée des rendements des Treasuries favorise le rebond du dollar, qui s'éloigne ainsi du plus bas de deux mois et demi touché mardi avec une hausse de 0,16% pour l'indice mesurant ses fluctuations face à un panier de devises de référence.

L'euro revient ainsi autour de 1,2060 dollar contre 1,2180 au plus haut mardi.

Du côté des cryptomonnaies, le bitcoin reprend 0,38% après avoir chuté de près de 13% mercredi en réaction à l'annonce par Elon Musk de l'arrêt de la possibilité de payer des Tesla en bitcoin.

PÉTROLE

Le marché pétrolier souffre de la dégradation continue de la situation sanitaire en Inde, qui a mis fin au rally des derniers jours et fait oublier le relèvement des prévisions de l'Opep et de l'Agence internationale de l'énergie.

Le Brent abandonne 2,68% à 67,46 dollars le baril et le brut léger américain (West Texas Intermediate, WTI) 2,86% à 64,19 dollars.

(Marc Angrand)