La bourse est fermée
  • Dow Jones

    34 247,75
    -134,38 (-0,39 %)
     
  • Nasdaq

    13 308,80
    -121,18 (-0,90 %)
     
  • Nikkei 225

    27 824,83
    -259,67 (-0,92 %)
     
  • EUR/USD

    1,2160
    +0,0013 (+0,11 %)
     
  • HANG SENG

    28 194,09
    +166,52 (+0,59 %)
     
  • BTC-EUR

    35 403,64
    -4 366,63 (-10,98 %)
     
  • CMC Crypto 200

    1 189,17
    -8,74 (-0,73 %)
     
  • S&P 500

    4 153,65
    -20,20 (-0,48 %)
     

Réouverture des bars et restaurants: un casse-tête pressant pour les établissements

Paul Guyonnet
·Journaliste
·1 min de lecture
S'ils obtiennent le droit de rouvrir les terrasses mi-mai, les bars et restaurants français ne sont pas pour autant tirés d'affaire, tant la réouverture s'annonce complexe (photo d'illustration prise en novembre 2020 à Paris). (Photo: STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)
S'ils obtiennent le droit de rouvrir les terrasses mi-mai, les bars et restaurants français ne sont pas pour autant tirés d'affaire, tant la réouverture s'annonce complexe (photo d'illustration prise en novembre 2020 à Paris). (Photo: STEPHANE DE SAKUTIN / AFP)

CORONAVIRUS - “On est fermés depuis le 30 octobre. Or c’est comme une voiture qui n’aurait pas roulé depuis longtemps: des choses peuvent dysfonctionner...” Depuis le discours du 31 mars d’Emmanuel Macron, les restaurateurs et cafetiers de tout le pays ont les yeux rivés vers l’Élysée et Matignon, dans l’attente d’une date de réouverture de leurs établissements.

Dans son allocution, le chef de l’État avait évoqué la mi-mai. Une échéance qui a depuis été conditionnée par le ministre de l’Économie Bruno Le Maire à l’évolution de la situation sanitaire, avant d’être rendue encore un peu théorique par le porte-parole du gouvernement Gabriel Attal, qui a évoqué l’horizon du 15 mai à grand renfort de précautions oratoires.

“Pour l’instant, on n’a aucune date précise”, confirme au HuffPost Hervé Dijols, le président du SNRTC (Syndicat national de la restauration thématique et commerciale), l’une des quatre organisations servant d’intermédiaires entre la profession et les autorités. Entre le secret auquel sont tenus les ministres qu’ils rencontrent et le manque d’information dont ils disposent de toute façon, le syndicaliste explique ainsi n’avoir pour l’heure aucune perspective. “On est dans la pénombre, on ne sait pas encore ce qui va advenir.”

100.000 employés manquants?

Or redémarrer tout le secteur -et ce même si cela concerne les seuls établissements qui disposent d’une terrasse, si tant est qu’ils soient tous inclus-, cela ne se fait pas en un claquement de doigts. Raison pour laquelle Hervé Dijols et ses homologues ont ex...

Cet article a été initialement publié sur Le HuffPost et a été actualisé.